Nov 08

Abandon du projet de ligne 2 : une erreur d’analyse et trois fautes politiques majeures

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 10:51

En abandonnant le projet de ligne 2, la Droite commet une erreur d’analyse et trois fautes politiques majeures

.En premier lieu, nous disposions de 63 millions d’euros d’auto-financement assurés: 45 millions du Conseil général (sur la base d’un contrat) + 15 millions d’euros de provisions de Viacités (chiffres actualisés)+ 3,6 millions d’euros garantis par l’Etat (lettre que m’a envoyée le Ministre des transports). Restait à trouver 37 millions d’euros pour assurer un auto-financement pour le projet de deux lignes de tram-fer. Laurent Beauvais s’est engagé (par écrit) à financer jusqu’à 15 millions d’euros; la région obtiendra 15 millions d’euros du FEDER; et nous pouvions escompter de 25 à 36 millions d’euros dans le cadre du troisième appel à projets. Etant entendu qu’Alain Vidalies a annoncé que 450 millions d’euros seront distribués aux projets de TCSP malgré l’abandon du projet d’éco-taxe. Sachant que nous disposons donc d’une capacité d’auto-financement d’au minimum un tiers de 300 millions d’euros, et que le projet peut encore être optimisé (nous avons provisionné 10% du montant total pour des aléas alors que la moyenne observé est de 5%; la Droite n’a pas commencé à réfléchir aux substantielles économies possibles sur la plateforme de la ligne 1; aucun contact n’a été pris auprès de la Banque européenne d’investissement pour un prêt à 2,25%, pour compléter celui de la Caisse des dépôts, etc.), M.M. Bruneau et Thomas commettent donc une lourde erreur d’analyse.

En deuxième lieu, une grande partie des financements extérieurs (Etat, FEDER, Département) dépend de la réalisation de la ligne 2! En abandonnant ce projet, nous pourrions perdre entre 25 à 50 millions d’euros de ces cofinancements. Par exemple, Viacités s’attend actuellement à percevoir 36 millions d’euros de l’Etat (chiffre annoncé par M.M. Bruneau et Thomas). Or, notre demande de subvention était calée sur la réalisation de deux lignes de tram-fer. De même, la convention que nous avons conclue avec le département, pour obtenir un financement de 45 millions d’euros, porte sur les deux lignes, etc.

En troisième lieu, l’abandon du projet de ligne 2 est un coup dur pour plusieurs quartiers: le Chemin Vert qui sera le seul quartier de la politique de la ville de Caen à ne pas disposer du tramway, Beaulieu (quartier en voie de densification), la Haie Vigné, le centre ville (dont l’ilot Bellivet qui aurait pu profiter d’une belle opération de requalification urbaine). Je pense aussi à Bretteville-sur-Odon qui n’aura ni tramway, ni parc-relais…

En quatrième lieu, la Droite table sur un report de la ligne 2 en 2024. Mais qui nous assure que nous disposerons des cofinancements nécessaires? Le Conseil général aura probablement été supprimé entre-temps; l’Etat ne lancera probablement plus de nouveaux appels à projets dans les prochaines années compte tenu des restrictions budgétaires; et qu’est-ce qui nous assure que la future grande région normande acceptera de financer un tel projet?…

Dans ma vie personnelle comme dans ma vie d’élu, j’ai toujours pensé qu’il ne faut jamais repousser à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui. Par manque d’ambition, les "responsables" de l’agglomération d’aujourd’hui font un choix contraire.

Ce n’est pas qu’une erreur d’analyse; ce sont aussi de graves fautes politiques!

Eric Vève

Ancien président de Viacités