09 Juil 2013

Chantier de la future BMVR lancé samedi dernier

Category: Caen-agglo,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 14:33

image

Le chantier de la Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale (BMVR) de Caen la mer, conçue par Clément Blanchet, architecte associé de l’agence OMA, fondée par Rem Koolhaas, est lancé depuis le 6 juillet 2013.

L’ouverture est prévue pour l’automne 2016 avec, à la clef, une offre renouvelée de services à la population.

La future BMVR de Caen la mer n’est pas la simple reconstruction, dans un autre lieu, de l’actuelle bibliothèque centrale de Caen. C’est un nouvel équipement, dont le rôle sera de porter dans l’agglomération, mais aussi sur l’ensemble du territoire régional, une nouvelle relation à la lecture et à la culture. La BMVR proposera de nouveaux services dans un cadre adapté et évolutif. Son rôle sera aussi d’animer un réseau de bibliothèques communautaires ou municipales (via le Réseau de Lecture Publique) présentes sur l’ensemble du territoire de Caen la mer.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

La future BMVR de Caen la mer n’est pas la simple reconstruction, dans un  autre lieu, de l’actuelle bibliothèque centrale de Caen. C’est un nouvel  équipement, dont le rôle sera de porter dans l’agglomération, mais aussi sur  l’ensemble du territoire régional, une nouvelle relation à la lecture et à la  culture. La BMVR proposera de nouveaux services dans un cadre adapté et  évolutif. Son rôle sera aussi d’animer un réseau de bibliothèques  communautaires ou municipales (via le Réseau de Lecture Publique) présentes  sur l’ensemble du territoire de Caen la mer.
La BMVR de Caen la mer s’inscrit pleinement dans la société de l’information  pour y tenir un rôle actif. Dans un contexte de dématérialisation et de  démultiplication de l’information, elle aidera à comprendre et à analyser les
innombrables sources de données.
La BMVR offrira à ses futurs inscrits (20 000 actuellement), comme aux nouveaux  usagers, des espaces de consultations et d’accès aux documents variés et  repensés dans leur organisation. Désormais, les documents seront regroupés  autour de 4 pôles thématiques (Arts à l’est, Littérature à l’ouest, Sciences  humaines au sud, Sciences et techniques au nord). On y retrouvera aussi bien  des imprimés, des supports audiovisuels ou encore des ressources en ligne.
L’idée maîtresse est de proposer aux utilisateurs de la bibliothèque de  nombreux types d’espaces afin que chaque usage soit possible. Seront  proposés des espaces larges, aménagés confortablement, pour des utilisations  brèves comme des utilisations plus longues, pouvant aller jusqu’à une journée  complète ; la restauration sur place sera possible. Tous ces espaces serontégalement mobiles et variables, pour s’adapter soit à une animation  particulière soit, de manière plus pérenne, à l’évolution des attentes des  utilisateurs et de leurs usages.
La bibliothèque ne sera plus seulement un espace où l’on conserve, expose et  communique des documents, elle deviendra un lieu de rencontres et de  partage autour du savoir, de la culture et de l’information.

image

image

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

A – LES PUBLICS : AU CŒUR D’UN NOUVEAU TYPE  DE BIBLIOTHEQUE
Depuis plusieurs années, Caen la mer a lancé une réflexion collective sur la place et
l’organisation de la lecture publique dans l’agglomération. Cette longue réflexion, associant
élus et professionnels, a permis tout à la fois de penser un schéma de développement de la
lecture sur son territoire et de réinterroger et de repenser, pour la BMVR, ce qu’était une
bibliothèque et ce que devrait incarner celle de demain. Il ne s’agissait pas seulement
d’imaginer un nouveau bâtiment, plus grand que l’actuel, mais plus fondamentalement
d’inventer un nouveau type de bibliothèque.
La future Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale de Caen la mer sera :
– conviviale : car invitante et appropriable par chacun, dans une diversité d’usages et
d’attentes ;
– sémantique : car elle propose une mise en espace thématique et transversale de la
connaissance ;
– mouvante : car elle favorise les flux de personnes et les corrélations entre les idées ;
– efficiente : car elle intègre au service public la valeur ajoutée des professionnels et
des outils de l’information ;
– évolutive : car elle est, dès son origine, pensée comme vivante, donc apte à anticiper
et accompagner toutes les mutations des usages, notamment l’apparition de nouvelles
attentes des publics ou l’émergence de nouveaux media, pour tisser et maintenir le lien
avec le savoir et l’information.
Ainsi, autour de 5 grands principes, le programme prévu ne se contentera pas d’offrir des
améliorations très nettes au regard de la situation actuelle mais sera principalement orienté
autour de nouveautés, à la fois dans les espaces mais aussi dans les services proposés.
1 – La BMVR : des services nouveaux et des services renforcés  pour répondre aux nouvelles attentes des usagers :
La BMVR offrira à ses quelque 20 000 inscrits actuels, comme aux nouveaux usagers, des
espaces de consultation et d’accès aux documents variés et repensés dans leur organisation.
Ils seront regroupés autour des 4 pôles thématiques (Arts à l’est, Littérature à l’ouest, Sciences
humaines au sud, Sciences et techniques au nord). Dans ces pôles, on retrouvera aussi bien
des imprimés, des supports audiovisuels ou des accès aux ressources en ligne.
– Surface totale du bâtiment :
Les espaces complets représenteront 8 850 m² auxquels il convient d’ajouter 2 000 m² de
circulations. Pour mémoire, la surface SHON est de 12 700 m².
– Surface totale des espaces ouverts au public : 4 867 m². A titre comparatif, la bibliothèque
centrale de Caen ne représente aujourd’hui que 2 400 m².
– Salles de travail : 5 salles de travail fermées, pour des groupes de 12 à 15 personnes, seront
disponibles, en plus des multiples places de travail individuelles réparties dans les pôles, dont
les mezzanines des pôles Littérature et Sciences Humaines.
– Nouveaux accès au catalogue informatisé : 39 accès sont prévus (contre 15 actuellement).
– 186 postes informatiques dans les 4 pôles.6
Caen la mer – ouverture du chantier BMVR – 6 juillet 2013
– Wifi : des bornes Wifi disposées dans tout le bâtiment permettront la connexion permanente
à Internet.
– Consignes : au rez-de-chaussée, 54 consignes seront à la disposition des usagers pour leur
permettre d’y déposer leurs sacs ou manteaux.
– Accueil des bébés lecteurs : la BMVR a souhaité également mettre en œuvre les dispositifs
qui permettront de faciliter l’accueil des bébés lecteurs et de leurs accompagnants, à la fois
par des espaces de rangements des poussettes (en Rdc comme en R+3) et par des tables à
langer installées dans les sanitaires de l’espace Enfance (R+3).
– Magasins de conservation : situés au sous-sol, les magasins de conservation ont été pensés
pour consommer moins de surface qu’auparavant mais avec des capacités optimisées de
stockage : 416 000 ouvrages prévus (380 000 actuellement). Ainsi, les rayonnages mobiles
prévus (les "compactus") représentent plus de 18 km de rayonnage au total, contre moins de
17 km aujourd’hui.
L’idée maîtresse est de proposer aux utilisateurs de la bibliothèque de nombreux types
d’espaces afin que chaque usage soit possible. Il est aussi question de proposer des espaces
larges, aménagés confortablement, pour des utilisations brèves ou des utilisations plus
longues, pouvant aller jusqu’à une journée complète ; la restauration sur place sera possible.
Tous ces espaces seront également mobiles et variables, pour s’adapter soit à une animation
particulière soit, de manière plus pérenne, à l’évolution des attentes des publics et de leurs
usages.
La bibliothèque ne sera plus seulement un espace où l’on conserve, expose et communique
des documents, elle deviendra un lieu de rencontres et de partage autour du savoir, de la
culture et de l’information.
– Auditorium : avec 150 places assises, l’auditorium (Rdc) sera le lieu privilégié des rencontres,
débats et colloques organisés dans la BMVR. Il sera complété par d’autres espaces de
rencontres, dont le Forum-Gradins du pôle Littérature.
– Espace exposition : la BMVR va proposer un espace de 321 m² dédié aux expositions.
– Espaces dédiés à la lecture : Désormais, les usagers bénéficieront de nouveaux espaces de
lecture : 2 salons de lecture et de petits espaces en place centrale (niveau R +1).
– Café-restaurant : situé au rez-de-chaussée, ce nouvel espace pourra devenir également,
grâce à sa terrasse intérieure, un lieu de consultation de documents ou de rencontres.
– Kiosque presse : dans la BMVR, le Kiosque sera un grand espace fonctionnel et branché sur
toute la presse en ligne, qui sera ouvert à tous les utilisateurs. Ces derniers pouvant profiter du
Café-restaurant voisin.
– Des places de travail câblées : toutes les places de travail seront câblées, tant en prises
informatiques qu’en prises électriques pour le branchement de son ordinateur (ou tablettes
ou smartphones) et son rechargement ainsi que 72 chauffeuses.
– Espace Enfance : Le futur espace Enfance de 650 m², positionné au R+3, peut être
considéré comme une réelle innovation.
Il sera dédié aux 0-9 ans, les préadolescents pouvant désormais avoir accès aux pôles
thématiques comme leurs aînés.

Pour les plus petits, un espace Petite Enfance est prévu pour l’accueil et l’animation d’un
public "bébés lecteurs" et de leurs accompagnants.

image

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
2 – Grands principes :
A – Une bibliothèque pensée pour tous les publics :
– accessible à tous, avec une prise en compte de la diversité des attentes et des
usages : salons de lecture, salles de travail en groupe mais aussi espaces plus intimes
pour le loisir ou l’étude ;
– soucieuse d’élargir les publics avec la volonté de favoriser leur rencontre ;
– offrant un accueil général, tout en favorisant l’accompagnement personnalisé au
sein de chaque espace.
B – Une bibliothèque devenue « lieu de vie » :
– un espace de rencontre, de partage, s’attachant à développer une mixité sociale et
culturelle ;
– un espace dynamique et évolutif.
C – Une bibliothèque qui offre la première place à l’usager :
Placé au centre de l’activité de la bibliothèque, l’usager est considéré comme porteur de
compétences et de connaissances qu’il peut partager avec tous.
L’usager peut donc remplir au moins 3 rôles. Il pourra être :
– un nouvel acteur de la bibliothèque. Il participera et contribuera à l’animation
générale, proposant ses commentaires sur les ouvrages comme des suggestions
d’activités ;
– un expert. Il proposera des ressources internet qu’il aura validées ;
– un partenaire. Il prendra sa part dans la construction du savoir, de la culture et de la
mémoire collective, donc également dans sa diffusion, par un contact étroit avec les
personnels.

D – Une bibliothèque imaginée comme lieu de préservation et de transmission de la
mémoire :
En particulier autour des 4 ensembles de collections spécifiques :
– fonds précieux : manuscrits, livres rares, estampes, cartes et plans, etc. ;
– pôle normand : collections encyclopédiques et structurées sur Caen et la BasseNormandie ; ressources reflétant l’activité culturelle en région ;
– fonds historique jeunesse : livres, albums de 1950 à 1990, pour un public nostalgique ou
pour des chercheurs ;
– dépôt légal imprimeur : mission nationale en région.8
Caen la mer – ouverture du chantier BMVR – 6 juillet 2013
E – Une bibliothèque pour faciliter la vie :
– disponible en ligne 24h sur 24 et accessible du monde entier (services à distance,
offres documentaires en ligne, automates extérieurs, etc.) ;
– proposant un service "questions-réponses", des services personnalisés, des réservations
pour les animations ;
– des emprunts et des retours de documents dans n’importe quel point du réseau des
bibliothèques communautaires.
3 – Poursuivre un rôle moteur au cœur des réseaux régionaux et nationaux :
En 2005, la communauté d’agglomération, en collaboration avec la Direction Régionale des
Affaires Culturelles de Basse-Normandie, la Région Basse-Normandie et le Département du
Calvados, a lancé une étude générale concernant la lecture publique sur le territoire
communautaire. Cette étude a été réalisée par le Cabinet Tosca.
Elle a permis d’élaborer le schéma général d’un réseau de lecture publique de
l’agglomération qui s’articule autour de trois types d’établissements distincts :
– une BMVR, définie comme l’élément structurant dans l’agglomération ;
– quatre médiathèques de secteur ;
– des bibliothèques de proximité pour desservir l’ensemble du territoire.

La BMVR a pour vocation de s’inscrire dans le contexte de mutation des médiathèques, au
sein d’une société d’information globale qui amène à repenser le rôle de ce type
d’équipement culturel, et en l’articulant aux moyens d’accès à l’information de toutes sortes,
supports physiques ou dématérialisés.
Elle renforcera le rôle moteur de l’actuelle bibliothèque centrale dans l’agglomération :
– elle sera un élément moteur du réseau des bibliothèques de l’agglomération ;
– elle animera le service de coopération qui permet la mutualisation de services et la
coordination d’actions.
Et en région :
– la bibliothèque est partenaire des établissements des villes bas-normandes (comité
lecture jeunesse, comité d’écoute, vidéo) et du Centre Régional des Lettres ;
– elle détiendra 2 collections de référence régionale : Pôle normand, Fonds historique
jeunesse ;
– elle proposera 2 nouvelles collections : Arts du spectacle, Littérature et culture
nordiques ;
– la BMVR jouera donc un rôle de référence et d’expertise dans le domaine patrimonial,
les nouvelles technologies de l’information et les ressources en ligne.
En France et au niveau international :
– elle sera le relais d’institutions nationales :
 avec la Bibliothèque Nationale de France : dépôt légal imprimeur (DLI) ;
 avec la Bibliothèque Publique d’Information : relais de l’offre pour les
bibliothèques publiques ;
– elle coopèrera avec des équipements étrangers : Roumanie, Chine, pays nordiques,  etc.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
4 – Quelques chiffres :
– La bibliothèque de Caen a été fondée en 1792. Toutefois, son ouverture au public (sur
l’actuelle place de la République) ne sera effective qu’en 1802.

– La bibliothèque centrale de Caen et ses annexes représentent aujourd’hui 20 000 inscrits et
633 000 prêts par an.
– Au total, la BMVR va proposer 1 037 169 ouvrages (983 000 aujourd’hui) :
– 120 000 documents sont mis à disposition du public :
* 83 485 documents imprimés ;
* 36 515 documents audiovisuels.
– 132 000 documents supplémentaires rangés dans les magasins intermédiaires. Ces
documents seront disponibles pour les usagers via les futurs "feuilletoirs virtuels" qui
proposeront de découvrir à l’écran toutes les couvertures des documents classés par thèmes
et de savoir en temps réel s’ils sont disponibles ou déjà en prêt.
– Dans les magasins de conservation :
* 415 359 ouvrages en magasins de conservation
* 296 604 ouvrages périodiques
* 151 200 ouvrages audiovisuels
* 22 050 ouvrages en réserve
* 11 970 ouvrages en "stockage tampon" pour le Bibliobus
* 7 875 ouvrages en coffre

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

B – UN PROJET CULTUREL AU SERVICE DE TOUS LES PUBLICS
1 – Que doit être la bibliothèque de demain ?
Le projet culturel a permis de repenser celle-ci et de mieux l’inscrire dans un contexte en
pleine évolution, à savoir une omniprésence de l’information et une dématérialisation de
celle-ci.
Il se fonde sur quelques axes forts :
– une place de l’usager réaffirmée, au cœur de l’activité de la bibliothèque ;
– un lieu largement ouvert, de rencontre et de sociabilité autour de la culture et
du savoir ;
– des espaces variés, différenciés, permettant à tous les publics une appropriation
intime ou une expérience collective ;
– une offre de ressources élargie et évolutive, matérielle ou virtuelle, qui permet à
chacun de se construire un point de vue et un parcours ;
– une bibliothèque évolutive dans ses espaces et ses missions et se voulant
laboratoire des nouvelles technologies de l’information ;
– une bibliothèque en ligne, s’affranchissant des contraintes d’espace et de
temps.
La réflexion sur la place nouvelle de la bibliothèque, dans un monde où l’information est
partout, a amené à envisager une présentation des ressources comme une représentation
physique attractive et structurée des champs du savoir, et à transposer de la sorte, dans les
espaces de lecture, une carte mentale des connaissances.
Le projet architectural offre ainsi une traduction spatiale à la dématérialisation du savoir, à la
coexistence et à la mise en relation entre fonds matériel et immatériel et donc une
confrontation entre l’espace numérique infini et l’espace physique fini. La bibliothèque incite
à la découverte, interpelle, propose des fils conducteurs entre différents univers à des publics
en mouvement. La scénographie architecturale soutient la lisibilité de ce projet.
Les outils technologiques accompagneront la déambulation libre du lecteur parmi les
rayonnages de la bibliothèque, la rendant ainsi simultanément cognitive et physique, dans
un territoire devenu, en quelque sorte, intelligent. L’usager aura l’assurance, à tout moment,
de trouver ses repères, de disposer de l’ensemble des informations relatives aux collections et
services en se déplaçant au sein de l’équipement, mais aussi d’être interpellé, entre réel et
virtuel (hybridation des ressources ; accès intuitif à des collections tangibles, intangibles et
dématérialisées).

2 – La présentation du service :
L’organisation des champs de la connaissance est établie selon 4 pôles thématiques
structurants toujours identifiables par le lecteur (scénographie de chaque espace) : le pôle
Arts, le pôle Sciences et Techniques, le pôle Littérature et le pôle Sciences Humaines. A cela
s’ajoute le pôle enfance (usagers jusqu’à 9 ans) multi-thématique. Ces pôles intègrent des fils
conducteurs récurrents (collections normandes, vie quotidienne, etc.), référents pour le
public, et qui tisseront des liens d’un pôle à l’autre.
Chaque pôle comprend 3 zones différenciées par leur contenu : une porte (partie
introductive et zone de découverte en sortie), un noyau (élément central et structurant), un
ou des satellites (partie évolutive pouvant être rattachée, au fil du temps, à un pôle ou à un
autre).11
Caen la mer – ouverture du chantier BMVR – 6 juillet 2013

C – PRESENTATION GENERALE DU BATIMENT
1 – La bibliothèque, une plate-forme urbaine :
"Le projet de la Bibliothèque Multimédia à Vocation Régionale (BMVR) s’installe à
l’interface du nouveau développement de la ville de Caen. Sa position, à proximité du
centre historique et à la pointe de la presqu’ile, doit être un lieu symbolique fort du savoir et
du partage des connaissances avec cette double ambition: s’adresser au passé et s’orienter
vers le futur.
A partir du principe des quatre pôles du programme (Art, Littérature, Sciences et
techniques, Sciences humaines) et d’une position dans la ville faisant écho à des entités
structurantes du grand territoire Caennais, le bâtiment se construit à l’intersection de deux
axes. Le territoire de la bibliothèque se fonde alors dans l’étendue de cette double
transversalité conceptuelle et urbaine. L’organisation du plan se comprend naturellement,
du fait de son plan centré : le rez-de-chaussée est un espace public qui forme une ‘place
interne’ connectant le parc avec le Bassin Saint Pierre. En relation directe avec le rez-dechaussée, se trouve la Grande Salle de lecture, élevée et définissant cet espace unitaire,
lisible, transparent et démocratique. Dilatée et composée à l’échelle de cette étendue, « la
cartographie des connaissances » constituant cette pièce principale de la bibliothèque se
transcrit dans un espace multiple et panoramique, divers et orienté, ouvert et construit. De la
croisée des axes, lieu d’une appréhension globale des thèmes et de toutes les transversalités
possibles aux extrémités, lieu des expressions particulières et locales, cheminements, passages
et champs se déploient dans une organisation spécifique. Au dernier niveau, se trouve
l’ensemble des espaces de travail pour les bibliothécaires ainsi que l’espace jeunesse,
comme ultime découverte.

Le simple fait de générer un schéma à l’échelle territoriale a permis d’aborder le
contexte global et de l’ancrer en une figure très simple, très efficace voir primitive : ces deux
lignes qui se croisent viennent générer son propre contexte, son propre lieu. La même chose
s’est produite lors de la transcription programmatique du projet. Le cahier des charges
demandait d’imaginer une bibliothèque constituée de quatre polarités. Ainsi, en réponse au
schéma suggéré indiquant une multitude de passerelles, j’ai proposé un vide qui concentre
et consolide les connaissances dans une plateforme unique, ce qui favorisera une
expérience facile de la bibliothèque.
La bibliothèque est pour moi une simple traduction de ces diagrammes originaux. Elle
devient un lieu métropolitain qui explore et définit le rôle du livre dans un monde de plus en
plus virtuel. Elle est un forum unique, un lieu commun pour le territoire Caennais. "
Clément Blanchet
Associé OMA – concepteur

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

2- Espaces extérieurs :
La BMVR est positionnée sur une parcelle de 5 200 m² de forme trapézoïdale, à la pointe de
la Presqu’île de Caen.
La BMVR sera un des premiers projets de la Presqu’île. Elle sera en lien direct avec, au sudouest, une nouvelle place publique ouverte sur le bassin Saint-Pierre et au nord-est un futur
parc réalisé par la ville. La voirie longeant le quai François Mitterrand sera supprimée,
déplaçant le trafic sur la rue Dumont d’Urville. Cette zone sera rendue piétonne.

image

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le projet vient reprendre les limites de la parcelle et propose un plan où deux bandes
programmatiques se croisent, se référant à quatre repères stratégiques : l’Abbaye aux
Hommes à l’ouest et l’Abbaye aux Dames au nord regardant le centre historique, puis la
gare à l’ouest et la presqu’île à l’est afin de s’ouvrir sur les éléments en développement de la
ville de Caen.
Ces quatre parvis qui entourent la parcelle s’ouvrent ainsi soit sur un parc, un bassin, un axe
structurant ou une interface logistique. Ils viennent interrompre l’alignement existant le long
du bassin en créant notamment une nouvelle place publique. C’est dans cette pause
déambulatoire, le long du quai, que le rez-de-chaussée s’ouvrira : un hall traversant qui
connectera le parc avec l’espace piétonnier le long du bassin.
D’une hauteur de 18 m, il s’agit d’un projet lisible et reconnaissable, pensé comme un forum
urbain, avec un bâtiment très ouvert et lumineux. Une seule et unique façade vient ceinturer
le pourtour du bâtiment, laissant entrevoir une faille horizontale avec une façade en vitrage
bombé complètement transparente et libre de toute structure : une place suspendue dans
laquelle se déploie l’espace de lecture et de consultation du public. L’espace de lecture de
la bibliothèque devient ainsi un « belvédère » sur la ville. Le bâtiment, avec sa volumétrie
simple croisée, sera reconnaissable et lisible dans son environnement.
Le public dispose de 2 accès à la bibliothèque. Il pourra entrer soit par le nouvel espace
piétonnier le long du quai François Mitterrand à l’ouest, soit par le parc à l’est. Ces deux
entrées se rejoignent en un hall commun développant un langage urbain, afin de préserver
la continuité de l’espace public. Les circulations intérieures du public ont été placées au
centre pour fluidifier les relations entre niveaux, à travers 4 escalators et un ascenseur, reliant
le RDC au R+3.13
3 – Présentation détaillée des espaces intérieurs :
La BMVR a été conçue sur cinq niveaux dont un sous-sol. A l’instar d’une stratification
ordinaire, le projet cherche à mélanger les programmes, les mutualiser et les interconnecter.
Par le procédé de connexions visuelles ou physiques, le public peut ainsi se rendre ou voir
tous les niveaux.

image

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1 – Sous-sol
Deux grands axes de circulation, placés au centre du bâtiment et reliés à chaque noyau,
permettent une desserte optimale des magasins de stockage des différents fonds. Sous forme
de grands volumes et recoupés en compartiments coupe-feu par des portes coulissantes
métalliques, ils occupent l’ensemble du niveau avec leurs locaux techniques. Le projet
propose ainsi une surface de 1 800 m² de magasins offrant 18 000 mètres linéaires de
rayonnages fixes et mobiles.
2 – Rez-de-chaussée
Le rez-de-chaussée accueille un vaste hall central traversant (hauteur maximale de 4,10 m),
connecté à la ville par deux entrées distinctes qui permettent de relier le parc au bassin
Saint-Pierre.
Le hall a la possibilité d’être accessible en dehors des heures d’ouverture de la bibliothèque
pour servir de lieu de passage et de desserte pour l’auditorium, le restaurant et l’espace
d’exposition.
Le café/restaurant, occupant l’aile sud, se retrouve largement ouvert sur le quai François
Mitterrand et pourra y investir sa terrasse principale. Il pourra investir le hall en journée et se
mélanger au kiosque, espace de consultation des périodiques situé en partie centrale

.image

Le kiosque permet de retrouver dans le hall une partie de la documentation offerte par la
bibliothèque, et des places de consultation.
L’aile ouest vient mutualiser l’espace d’exposition avec le forum citoyen.
Dans l’aile nord, l’auditorium est visible et accessible depuis le hall du rez-de-chaussée. Il
rejoint le niveau du sous-sol pour former le parterre de 150 places orienté vers l’est. Une
cloison vitrée et un sas traités acoustiquement séparent le hall de l’auditorium, tout en
garantissant la continuité visuelle. Un rideau assure le noir complet si besoin.

image

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le public déposera les livres depuis l’intérieur du hall par trois automates de retour ou par
l’extérieur par deux autres. La machinerie du tri automatique, située au sous-sol, sera visible
par le public afin de dévoiler le fonctionnement technique de la bibliothèque. On pourra
ainsi observer les livres descendre au sous-sol et se positionner dans les chariots appropriés.
3 – R+1 & R+2
Le niveau principal de la bibliothèque, au premier étage, présente l’ensemble des fonds
accessibles au public. Il est défini par son unité matérielle.
Ce niveau bénéficie d’un éclairage naturel important venant des ouvertures en façades
entièrement vitrées et libres de toute structure porteuse. Aucun poteau ne vient troubler la
lisibilité de cet espace unique. Le système structurel étant soutenu aux quatre extrémités du
bâtiment.
Depuis le centre de bâtiment, via les escalators et l’ascenseur central, le public aura accès
aux quatre pôles qui occupent chacune des ailes du bâtiment : les arts à l’est, les sciences
humaines au sud, la littérature à l’ouest et les sciences et techniques au nord.
Chaque extrémité sera en relation avec une mezzanine par un escalier unique s’intégrant au
pôle qu’il dessert. Les ascenseurs seront accessibles pour les personnes à mobilité réduite
(PMR) munies d’un badge afin d’accéder aux mezzanines.
a) Le lecteur pourra apprécier la présence d’un gradin dans le pôle Littérature. Il s’agit d’un
emmarchement en bois, sans rayonnage, d’une pente de 30 degrés, reliant le R+1 au R+2.
Cet espace unique servira d’espace de consultation, où le public pourra s’assoir, consulter
un ouvrage, se reposer ou s’isoler. Derrière le gradin, deux salles de travail trouveront place
sous la sous-face de la pente, accessible aux deux extrémités. Un salon littéraire à l’esprit
chaleureux est aménagé en R+2 avec vue sur le bassin.

image

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

b) Une courbe vient achever le pôle Sciences et Techniques, offrant un support pour de
multiples projections. Il donnera à voir les espaces situés à l’arrière, salle d’auto-formation et
salle de travail en groupe.

image

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

c) À l’est, le pôle des Arts est sculpté, à l’instar des carrières. Trois typologies de boites
s’affirment par des matérialités différentes. Les bureaux en relation avec le public seront
vitrés, l’escalier sera en tissu et les salles d’écoutes audio et vidéo seront fermées par des
lames en PVC à performance acoustique.

image

d) Enfin, au plateau des Sciences Humaines, un mur/cabinet (voir ci-dessus) de curiosité sert
de vitrine à la salle des fonds précieux se trouvant derrière. Un jeu de percements
proportionnés en fonction des œuvres permet d’apercevoir la salle des fonds précieux ou de
créer des niches pour accueillir le public.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

4 – R+3
Le dernier niveau du bâtiment se divise en deux zones.
a) La première est connectée à la bibliothèque par les escalators, elle est accessible au
public et forme l’espace enfance (aile sud du troisième étage). Les enfants vont ainsi
traverser tous les étages de la bibliothèque et auront donc un aperçu de l’ensemble des
collections. Cette traversée s’effectue par les escalators encloisonnés en R+1 et R+3 ou par
l’ascenseur central et rend la montée plus aisée et ludique. Les escalators arrivent face à un
patio, laissant entrer la lumière naturelle et entrevoir une pente paysagère (non accessible)
vers la toiture. De l’autre côté du patio en pente, une connexion visuelle avec l’étage
inférieur est prévue, afin de garder un maximum de liens entre les deux étages.
L’espace enfance est un plateau libre de 3, 30 m de hauteur, partant du centre de la croix
jusqu’à l’extrémité de l’aile sud. Il offre un premier espace, ouvert à tous public puis des
espaces plus spécifiques aux enfants. Le plateau libre se veut plus confiné et ludique, en
utilisant des matériaux plus souples et chaleureux. Il accueille par une salle de travail de 35
places et l’espace heure du conte, protégé par un rideau, offrant ainsi des espaces plus
intimes.
b) La seconde contient les bureaux de la coordination et le reste de la logistique. Les
bureaux du personnel occuperont les trois autres ailes du troisième étage. Les services
communs ont été placés au centre du plateau pour être accessibles à tous les bureaux
répartis le long des façades. Chaque bureau possède une vue et un ouvrant sur l’extérieur.
La structure en treillis sera visible en façade. La hauteur est diminuée à 2.80 m pour garantir
une meilleure proportion et une échelle plus humaine dans les bureaux.
Deux patios et puits de lumière viendront compléter l’apport en lumière naturelle afin de
garantir un confort optimal au personnel.

Cet "étage poutre" est marqué par sa structure métallique apparente, qui permet la liberté
de l’espace de lecture du niveau principal de la bibliothèque.

image

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

image

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

3 – Le groupement retenu :
Pour mémoire, le 8 janvier 2010, 5 candidats ont été retenus sur 176 dossiers. Il s’agissait de :
– OMA (Rem Koolhaas-Clement Blanchet) / IOSIS Centre Ouest / ELIOTH / DHV ;
– COLBOC FRANZEN & Associés Architectes (mandataire) / TANK Architectes / BATISERF
Ingénierie / BETHAC / Jean-Paul LAMOUREUX / Bureau Michel FORGUE
– Dominique PERRAULT Architecture (mandataire) / SETEC Bâtiment / RPO / Jean-Paul
LAMOUREUX
– Dominique COULON et associés (mandataire) / BATISERF Ingénierie / ALTO Ingénierie /
E3 économie / ESP Euro Sound Project / Bertrand MEURICE
– Rudy RICCIOTTI (mandataire) / IOSIS Centre Ouest / LAMOUREUX RICCIOTTI Ingénierie
/ IOSIS Concept – ELIOTH/ THERMIBEL
Le 25 juin 2010, le jury a retenu le projet du cabinet néerlandais OMA, dirigé par Rem
Koolhaas et Clément Blanchet :
OMA : mandataire
EGIS : ingénierie
Elioth : développement durable
Ducks : scénographie
DVH : acoustique
OMA
OMA est une agence internationale fondée par Rem Koolhaas (prix Pritzker) exerçant  dans la pratique de l’architecture contemporaine, de l’urbanisme et de l’analyse culturelle.
L’objectif principal d’OMA dans tout exercice de recherche et de conception consiste à  fournir au client des concepts originaux, inédits et une architecture concrète supportant des  ambitions visionnaires. Leur stratégie dans le développement de projets complexes,  complexes dans le temps, l’échelle, le programme ou le contexte, se base sur les deux  principes fondamentaux de la recherche et de la collaboration.
Les bâtiments et les schémas directeurs développés par OMA à travers le monde,  revendiquent une intelligence formelle tout en inventant de nouvelles pratiques et usages  quotidiens. En complément, l’agence interroge les champs échappant aux limites traditionnelles de l’architecture, notamment les médias, la politique, les énergies  renouvelables, les technologies, l’édition, la mode, l’art, la gestion muséale et le design.
OMA en France
Depuis sa création, OMA a travaillé à plusieurs reprises en France. Avec ses premiers  projets manifestes- le Parc de la Villette, la Très Grande Bibliothèque, et les deux Bibliothèques  de Jussieu, l’agence affirme son mode de production et développe une réflexion théorique.
La France accueille alors quelques réalisations emblématiques pour l’agence avec  notamment la Villa Dall’Ava (1984), le Congrexpo (Lille Grand Palais 1990) et enfin la Maison à  Bordeaux (1998).
Depuis une dizaine d’années, OMA en France, dirigé par Clément Blanchet, a pris  part à nouveau aux plus grand concours organisés concernant tout le spectre architectural  et urbanistique français. Clément Blanchet a dernièrement conçu et remporté les concours  de la BMVR à Caen, du Parc des Expositions de Toulouse (2011)l’école d’ingénieurs de  Centrale à Paris Saclay ( 2012) et un projet urbain à Bordeaux dans le cadre des 50000  logements.

Comments are closed.