Déc 16 2016

LA TRÉSORERIE D’ENTREPRISE : LA MOBILISATION DE CRÉANCES OU L’AFFACTURAGE

Tag: Economie locale,Politique locale,RégionArnaud LAURENT @ 17:11

Nouveau à CAEN

affacturage tresorerie

On a bien vu que depuis la crise de 2008, la gestion de la trésorerie des entreprises fait partie du quotidien des dirigeants et des responsables comptables.

La trésorerie est devenue le nerf de la guerre de l’entreprise. En manquer rend difficile la gestion au quotidien et se traduit par des difficultés à honorer les dettes « Fournisseurs » par exemple. Les salaires sont payés avec du retard, les charges URSSAF, TVA sont de plus en plus difficiles à régler en temps et en heure…il est très inconfortable voire impossible de travailler ainsi.

LES CAUSES DES PROCÉDURES : LA RUPTURE DE TRÉSORERIE

Il faut savoir que 25% des ouvertures de procédures collectives sont dues à une rupture de trésorerie en France (Insee 2015), c’est donc un sujet majeur pour toute l’économie française qui se finance grâce au crédit interentreprises.

Les causes de ces tensions de trésorerie peuvent être nombreuses : un développement important, une activité cyclique, ou bien un retard de règlement « client » voire un impayé peuvent en être simplement la raison.

Mais parfois il en est tout autre et il faut absolument analyser les origines de cette tension de trésorerie, voir si ce n’est pas un problème de rentabilité ou de productivité qui en est la cause.

Depuis l’entrée en vigueur des accords Européens de Bâle 3, les modalités de l’octroi des concours bancaires ont changé depuis la crise de 2008…

VIGILIANCE = ANTICIPATION

En tant que gestionnaire de l’entreprise il faut être vigilant et anticiper ses besoins de trésorerie, mettre en place des outils de reporting et échanger avec ses partenaires qu’ils soient fournisseurs, ou bien les banques.

Pour mettre de l’huile dans les rouages, et éviter de tels désagrément dans la gestion au quotidien, SOLVAFIN propose des solutions telles que l’affacturage et la mobilisation de créances afin de reconstituer rapidement la trésorerie opérationnelle.

Contactez Guillaume GERIN, SOLVAFIN au 02 31 50 46 64


Nov 10 2014

Viacités – communiqué en réponse aux propos d’E.Vève et G.Déterville

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 12:25

clip_image002

Eric Vève et Gilles Déterville réagissent à l’annonce du nouveau projet de tram, en parlant d’une « erreur politique », s’inquiétant des conséquences de l’abandon du Projet initial de deux lignes fer à 300 millions d’euros.

Je souhaite rappeler à ces deux élus d’opposition, que nous avons été contraints de remettre à plat le projet initial, compte tenu du contexte économique local et national.

La baisse des dotations de l’Etat, la diminution du versement transport, et l’endettement important de Caen la Mer, ne nous permettaient pas de créer dans son intégralité la ligne 2 dès 2019.

L’un et l’autre, sont, en grande partie, responsables de cette impasse financière, en ayant soutenu les investissements, comme la BMVR ou l’hôtel d’agglomération.

Je les invite, à relire la conclusion du rapport de la chambre régionale des comptes, rendue publique en juillet dernier, qui conseillait à Viacites « d’envisager tous les scénarios alternatifs qui permettraient d’optimiser l’enveloppe globale de ce projet de réseau et de l’adapter à ses capacités internes de financement. »

Je déplore l’attitude irresponsable d’Éric Vève qui savait dès le mois de décembre 2011, que le financement des deux lignes de Tramway Fer à 300 millions d’euros était quasi impossible, date à laquelle il a reçu les conclusions de l’analyse financière de Viacités, réalisée par le cabinet FCL pour mesurer la capacité d’investissement du syndicat dans la perspective de la réalisation du futur projet.

Les conclusions de cette étude payée par Viacités et qui n’a jamais été rendue publique dans son intégralité étaient pourtant sans appel : « Le maintien de la stratégie de Viacités risque donc de se traduire par une incapacité à trouver les financements nécessaires à la réalisation du projet sans remise en cause du plan de financement, par une incapacité à absorber des aléas financiers. Dans ces deux cas, Viacités sera conduit à devoir solliciter un niveau de concours publics, nettement supérieurs aux volumes anticipés, et créer ainsi des tensions avec les collectivités membres, et remettre en cause une partie de son projet s’il n’est pas trop tard. »

Malgré ces mises en garde, à quelques mois des élections municipales, Eric Vève s’est obstiné à garder son projet initial à 300 millions, sachant pertinemment que Caen la mer serait contrainte d’augmenter les impôts des habitants de l’agglomération et Viacites d’augmenter le prix du titre de transport.

Il serait souhaitable que les élus d’opposition caennais puissent entendre les arguments de Philippe Duron, qui le 11 octobre dernier, affirmait dans un entretien à Ouest France que « la priorité, (est de) passer la ligne 1 en fer » et que la réalisation de la ligne 2 ne se « pose pas avec la même acuité » indiquant que « le contexte a changé et le financement des collectivités est contraint. »

Rodolphe THOMAS

Président de Viacités


Nov 09 2014

Résultats provisoires du second tour des élections cantonales partielles – Canton de SAINT-SEVER-CALVADOS

Tag: Département,Politique localeGérard - votre Editeur @ 19:22

Dimanche 9 novembre 2014
Le second tour des élections cantonales partielles pour le canton de Saint-Sever-Calvados
a eu lieu aujourd’hui, dimanche 9 novembre.
Sur 5 476 inscrits, 1257 électeurs se sont déplacés soit une participation de 22,95 %.
A l’issue du scrutin Madame Catherine GOURNEY-LECONTE, Maire de Campagnolles, a
été élue avec 1145 suffrages exprimés
.


Nov 08 2014

Abandon du projet de ligne 2 : une erreur d’analyse et trois fautes politiques majeures

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 10:51

En abandonnant le projet de ligne 2, la Droite commet une erreur d’analyse et trois fautes politiques majeures

.En premier lieu, nous disposions de 63 millions d’euros d’auto-financement assurés: 45 millions du Conseil général (sur la base d’un contrat) + 15 millions d’euros de provisions de Viacités (chiffres actualisés)+ 3,6 millions d’euros garantis par l’Etat (lettre que m’a envoyée le Ministre des transports). Restait à trouver 37 millions d’euros pour assurer un auto-financement pour le projet de deux lignes de tram-fer. Laurent Beauvais s’est engagé (par écrit) à financer jusqu’à 15 millions d’euros; la région obtiendra 15 millions d’euros du FEDER; et nous pouvions escompter de 25 à 36 millions d’euros dans le cadre du troisième appel à projets. Etant entendu qu’Alain Vidalies a annoncé que 450 millions d’euros seront distribués aux projets de TCSP malgré l’abandon du projet d’éco-taxe. Sachant que nous disposons donc d’une capacité d’auto-financement d’au minimum un tiers de 300 millions d’euros, et que le projet peut encore être optimisé (nous avons provisionné 10% du montant total pour des aléas alors que la moyenne observé est de 5%; la Droite n’a pas commencé à réfléchir aux substantielles économies possibles sur la plateforme de la ligne 1; aucun contact n’a été pris auprès de la Banque européenne d’investissement pour un prêt à 2,25%, pour compléter celui de la Caisse des dépôts, etc.), M.M. Bruneau et Thomas commettent donc une lourde erreur d’analyse.

En deuxième lieu, une grande partie des financements extérieurs (Etat, FEDER, Département) dépend de la réalisation de la ligne 2! En abandonnant ce projet, nous pourrions perdre entre 25 à 50 millions d’euros de ces cofinancements. Par exemple, Viacités s’attend actuellement à percevoir 36 millions d’euros de l’Etat (chiffre annoncé par M.M. Bruneau et Thomas). Or, notre demande de subvention était calée sur la réalisation de deux lignes de tram-fer. De même, la convention que nous avons conclue avec le département, pour obtenir un financement de 45 millions d’euros, porte sur les deux lignes, etc.

En troisième lieu, l’abandon du projet de ligne 2 est un coup dur pour plusieurs quartiers: le Chemin Vert qui sera le seul quartier de la politique de la ville de Caen à ne pas disposer du tramway, Beaulieu (quartier en voie de densification), la Haie Vigné, le centre ville (dont l’ilot Bellivet qui aurait pu profiter d’une belle opération de requalification urbaine). Je pense aussi à Bretteville-sur-Odon qui n’aura ni tramway, ni parc-relais…

En quatrième lieu, la Droite table sur un report de la ligne 2 en 2024. Mais qui nous assure que nous disposerons des cofinancements nécessaires? Le Conseil général aura probablement été supprimé entre-temps; l’Etat ne lancera probablement plus de nouveaux appels à projets dans les prochaines années compte tenu des restrictions budgétaires; et qu’est-ce qui nous assure que la future grande région normande acceptera de financer un tel projet?…

Dans ma vie personnelle comme dans ma vie d’élu, j’ai toujours pensé qu’il ne faut jamais repousser à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui. Par manque d’ambition, les "responsables" de l’agglomération d’aujourd’hui font un choix contraire.

Ce n’est pas qu’une erreur d’analyse; ce sont aussi de graves fautes politiques!

Eric Vève

Ancien président de Viacités


Nov 07 2014

18e semaine pour l’emploi des personnes handicapées, du 17 au 23 novembre

Tag: Politique locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 23:14

 

 À l’occasion de la 18e Semaine pour l’emploi des personnes handicapées, l’ADAPT (Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées) propose de nombreuses animations à Caen du 17 au 23 novembre. Handicafés©, actions de sensibilisation, Job studio (ateliers de coaching et simulations d’entretiens), conférences…

 

Les 17, 19, 20 et 21 novembre, la Ville de Caen et son CCAS organiseront des découvertes des métiers territoriaux. Sur réservation auprès de l’ADAPT http://www.ladapt.net/

 

DATES

 

HORAIRES/LIEUX

ACTIONS PROGRAMMEES

 

Lundi 17 novembre 2014

 

De 9h30 à 11h30

Hôtel de Ville de CAEN

 

 

Découverte  des métiers administratifs en charge des élections, naissance, mariage, décès

Direction de la vie civile et citoyenne

 

 

Mercredi 19 novembre 2014

 

De 9h30 à 11h30

Ecole primaire de la Haie Vigné

 

 

Découverte  des différents métiers au sein d’une école primaire

Direction de l’éducation

 

 

A 14h

Maison des associations

 

 

Participation au Handicafé fonction publique

 

 

 

Jeudi 20 novembre 2014

 

De 9h à 11h30

au Parc horticole

 

 

Découverte  des différents métiers des espaces verts

Direction de l’environnement et du cadre de vie

 

 

Vendredi 21 novembre 2014

 

De 14h à 16h

EHPA de la Folie Couvrechef

 

 

Découverte  des différents métiers au sein d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées (EHPA)

Direction des services aux retraités et personnes âgées

 

 

Consultez le programme à Caen : http://caen.fr/evenement/semaine-lemploi-personnes-handicapees


Nov 07 2014

Survol des installations nucléaires par des drones : la réaction des élu-e-s écologistes

Tag: Politique locale,RégionGérard - votre Editeur @ 16:43

Les conseillers régionaux EELV Marine Lemasson, Jérôme Virlouvet et Clara Osadtchy, qui siègent dans les Commissions locales d’information (CLIs) d’EDF, de l’ANDRA et d’Areva, s’inquiètent du survol par des drones des installations nucléaires du Nord-Cotentin. L’origine du drone, l’identité et les intentions inconnues de son propriétaire représentent un risque important pour la sécurité des installations et donc pour la sécurité d’une large partie de la population normande.

Pour Marine Lemasson, présente hier à l’occasion de la CLI d’EDF : « Il est insupportable que ni les élus ni la population n’aient encore la moindre information de l’État sur cette affaire. Ne pas savoir qui dirige ces drones laisse penser qu’il est possible que l’auteur de cette intervention soit mal-intentionné. Il est urgent que l’État fasse la lumière et que la priorité soit donnée au renforcement de la sécurité des sites nucléaires notamment dans leur aménagement pour éviter une possible agression. »

Pour Clara Osadtchy : « Nous voyons là encore toutes les limites du nucléaire, avec des installations sujettes à de possibles agressions extérieures, et qui nécessitent des moyens de surveillance et de sécurité dont le niveau ne sera, par définition, jamais suffisant. Ce survol d’une quinzaine de centrales est objectivement inquiétant et montre plus que jamais que le risque zéro n’existe pas. Or en matière nucléaire, un peu de risque n’est pas admissible."


Nov 07 2014

Tramway : suite de la réponse d’Eric Vève paruehier soir

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 11:50

2ème partie: petit "florilège" des contorsions de M. Bruneau, de Mme de la Provoté et de Monsieur Thomas sur le TVR (à partager SVP)

Déclaration de Monsieur Bruneau au journal Liberté (janvier 2014) :

" Pourquoi détruire la ligne 1 pour refaire un tram fer […]? Prolonger la vie du TVR est possible pendant cinq pour amortir son coût et avoir une plus grande marge de manoeuvre pour l’avenir". Cette proposition a été inscrite dans son programme électoral…

Déclaration de Madame de la Provoté (qui a voté contre le remplacement du TVR en décembre 2011, et pour en décembre 2012) au journal Côté Caen (mars 2013) :

"Le projet que je défends depuis des semaines s’avère donc le bon: engager la rénovation de la ligne 1 pour prolonger sa durée de vie de 10 à 15 ans. Cette rénovation coûterait 15 millions d’euros et non 180 millions prévus pour le remplacement de la ligne 1". Elle, aussi, inscrira le report du remplacement du TVR dans son programme électoral.

Quand à Monsieur Thomas, je rappellerai l’évolution de ses opinions sur le sujet:
– 2008-2011: poursuite de l’exploitation du TVR jusqu’en 2032
– 2011: remplacement du TVR par un autre tramway sur pneus à partir de 2024
– 2012: vote en faveur du remplacement du TVR par un tram-fer à partir de 2018
– avril 2013-octobre 2014: refus du remplacement du TVR par un tram-fer avant 2022-2024
– novembre 2014: remplacement du TVR par un tramway fer en 2019…


Nov 07 2014

Effectifs, rémunérations, absentéisme… un rapport décapant sur la fonction publique

Tag: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 10:34

Alain Tourret 5

Depuis 2012 Alain Tourret est rapporteur pour avis de la commission des Lois de l’Assemblée nationale sur le budget de la Fonction publique.

Le rapport produit par le député radical de gauche du Calvados a un double objectif.

Le premier consiste à donner un aperçu de l’emploi des crédits alloués au programme de la mission "Gestion des finances publiques et des ressources humaines".

Le second objectif découle d’un choix affirmé par le rapporteur pour avis au début de la législature : traiter chaque année une thématique transversale intéressant les trois fonctions publiques (d’État, territoriale, hospitalière).

Après s’être intéressé à la question de la lutte contre toute forme de discrimination les années précédentes, Alain Tourret examine dans son rapport pour avis sur le budget 2015 la politique des effectifs, les rémunérations et l’organisation du travail des 5,37 millions agents publics au regard de l’évolution de leurs conditions de travail depuis 2002 et des contraintes budgétaires actuelles.

Évolution des effectifs, des carrières et des rémunérations, réalité de l’absentéisme et du temps de travail, organisation du travail, déontologie : désireux d’aller au-delà du constat – parfois dérangeant – Alain Tourret formule 20 propositions parfois très audacieuses.

LISTE DES PROPOSITIONS

A. Propositions concernant les effectifs


Proposition n° 1 : confier à la formation « connaissances statistiques et
évolution de l’emploi public » du Conseil commun de la fonction publique la
mission de définir des indicateurs communs de gestion des ressources humaines
dans les trois versants de la fonction publique en 2015, donnant lieu à la remise
d’un rapport annuel au Parlement avant le 1er octobre.
Proposition n° 2 : inciter les collectivités territoriales à geler ou réduire
leurs effectifs à travers une exonération totale ou partielle de la baisse de la DGF
l’année suivante.
Proposition n° 3 : introduire une possibilité de rupture conventionnelle du
statut de fonctionnaire à la charge des employeurs publics, présentant des
garanties équivalentes à celles prévues par le code du travail dans le secteur privé.
Proposition n° 4 : assouplir la réglementation relative aux dispositifs de
départ volontaire, éventuellement couplée à l’augmentation du montant de
l’indemnité.
Proposition n° 5 : instaurer une politique d’inclusion positive des jeunes
de moins de 25 ans dans la fonction publique par la promotion de l’apprentissage
et la prise en compte de leur ancienneté dans le service public pour leur permettre
d’accéder à la fonction publique par la voie des concours internes ou de concours
sur titre et travaux, corrélée à une rénovation du parcours d’accès aux carrières de
la fonction publique territoriale, hospitalière et d’État (Pacte).
Proposition n° 6 : favoriser une politique de substitution de certains actes
médicaux vers des professionnels paramédicaux dont les compétences seraient
définies par mission et non plus par acte, afin de réduire les coûts et améliorer
l’accès à l’offre de soins.

B. Propositions concernant les rémunérations et les carrières

Proposition n° 7 : introduire une obligation de motivation de toute
décision d’avancement d’échelon à la durée minimale par les élus, assortie d’une
publication régulière de ces décisions dans chaque collectivité territoriale.
Proposition n° 8 : instaurer une obligation de mobilité professionnelle,
hors de la collectivité de titularisation dans le premier grade, pour l’accès au
deuxième grade de la catégorie A+ dans toutes les filières ainsi qu’une obligation
de mobilité interne au sein de la collectivité pour le principalat ou le deuxième
grade de tous les cadres d’emplois de catégorie A et B dans toutes les filières.
Proposition n° 9 : Généraliser l’expérimentation de l’entretien
professionnel conduit par le supérieur hiérarchique direct du fonctionnaire dans la
fonction publique hospitalière dès le 1er janvier 2015. Proposition n° 10 : réviser les grilles indiciaires afin de recréer des
espaces indiciaires suffisants pour rendre attractives les carrières et harmoniser les
rémunérations accessoires et les régimes indemnitaires, pour davantage de justice,
dans les trois versants de la fonction publique d’ici 2017.
Proposition n° 11 : éviter toute mesure nouvelle conduisant à une hausse
des taux de cotisations sociales et autres contributions à la CNRACL et
l’IRCANTEC d’ici 2017.

C. Propositions concernant l’organisation du travail


Proposition n° 12 : demander un rapport au Gouvernement procédant à
l’évaluation de la durée et de l’aménagement du temps de travail dans les trois
versants de la fonction publique qui devra être rendu au Parlement avant le 1er
octobre 2015.
Proposition n° 13 : imposer aux collectivités territoriales et aux
établissements du secteur hospitalier public ayant un régime de travail inférieur à
la durée légale de 1 607 heures de le modifier dans le cadre de la négociation
collective avant le 31 décembre 2015. À défaut, supprimer la base légale de ces
accords dérogatoires dès le 1er janvier 2016.
Proposition n° 14 : supprimer le 4° de l’article 59 de la loi du 26 janvier
1984 qui permet à l’exécutif local de distribuer des autorisations spéciales
d’absence n’entrant pas en compte dans le calcul des congés annuels dès 2016, à
défaut de l’adoption d’un décret en Conseil d’État encadrant ses modalités
d’application en 2015.
Proposition n° 15 : introduire une journée de carence d’ordre public, en
cas de congé maladie ordinaire, dans le secteur public et le secteur privé.
Proposition n° 16 : présenter un bilan complet de l’application du décret
n° 2014-1133 du 3 octobre 2014 relatif à la procédure de contrôle des arrêts de
maladie des fonctionnaires avant le 4 octobre 2016.
Proposition n° 17 : instaurer une démarche de management des
ressources humaines participative et collective au sein de chaque service, fondée
notamment sur le développement de la pratique des « boîtes à idées ».
Proposition n° 18 : introduire, dans tout projet de réforme
organisationnelle, un plan d’accompagnement des personnels dans la conduite du
changement, dont la mise en œuvre devra être concertée avec les institutions
représentatives du personnel au niveau territorial pertinent.
Proposition n° 19 : dans le cadre de la réforme territoriale proposée par le
Gouvernement, définir, en amont, une norme nationale précisant les modalités
d’alignement des conditions de rémunération et de durée du travail applicables
aux agents concernés par cette réorganisation des services publics ainsi que les
conditions de prises en charge des conséquences matérielles en résultant.Proposition n° 20 : inscrire le projet de loi n° 1278 relatif à la déontologie
et aux droits et obligations des fonctionnaires à l’ordre du jour de l’Assemblée
nationale dans les plus brefs délais.


Nov 06 2014

Tramway : Eléments de réponse d’Eric Vève ancien président de Viacités

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 23:08

Remplacement du TVR par un tram fer, M.M. Bruneau et Thomas ainsi que Mme de la Provoté remportent le 1er prix de la Girouette d’Or (à partager SVP): 1ère partie

En mai 2008, lorsque j’ai pris mes fonctions de président de Viacités, j’ai trouvé (entre autres) deux choses dans l’héritage de la Droite: d’une part, le TVR, un matériel prototype qui ne s’était vendu qu’à Caen et Nancy, qui avait connu près de 20 déraillements et dont les usagers subissaient, chaque jour, les pannes et les retards depuis sa mise en service en 2002; d’autre part, un projet de ligne 2 en BHNS. Dès le mois de février 2009, aux élus de Droite qui me poussaient à réaliser au plus vite le projet de ligne 2 en BHNS, je répondais qu’il fallait éviter de se précipiter et que notre réflexion devait aussi porter sur l’avenir de la ligne 1 de TVR.

Après deux années d’intenses réflexions avec l’ensemble de mes collègues, je suis parvenu à cette double conclusion:

– en premier lieu, même si la décision pouvait être difficile à faire admettre, il fallait remplacer le TVR par un tramway digne de ce nom, à la fois pour les usagers, les riverains (souffrant d’importantes nuisances sonores), le personnel de Twisto mais aussi pour nos finances locales (le maintien du TVR conduisant à un gaspillage d’argent public).
– en deuxième lieu, Bombardier et Collas Rail considérant que le TVR est un échec industriel et ayant renoncé à le moderniser, nous nous devions d’engager une action judiciaire en deux temps contre ces sociétés : d’abord, pour connaitre l’étendue de leurs responsabilités; puis pour leur demander des dommages-intérêts.

C’est la raison pour laquelle j’ai mis au vote le remplacement du TVR par un tram-fer ainsi que cette action en justice, en décembre 2011. Tous les élus ont voté pour… sauf nos irréductibles conseillers généraux de Droite – dont M. Thomas et Mme de la Provoté- qui s’y sont opposés.

L’année suivante, en décembre 2012, à la suite très nombreux séminaires de travail, j’ai demandé aux élus de Viacités de voter sur notre projet de deux lignes de tramway, pour un coût de 300 millions d’euros. Résultat: vote à l’unanimité! Même M. Thomas et Mme de la Provoté ont voté pour! Cette dernière ne tarissait alors pas d’éloges pour le projet…

Quatre mois après, les "responsables" de Droite se sont souvenus qu’ils seraient candidats à des élections municipales en 2014… Lors d’une conférence de presse, M.M. Bruneau, Thomas, Lailler et Mme de la Provoté ont donc déclaré qu’ils s’opposaient dorénavant à ce projet.

En mars 2014, Monsieur Bruneau et Mme de la Provoté ont fait campagne contre le remplacement du TVR avant 2024, voire plus…

Peu de temps après sa nomination à la tête de Viacités, Monsieur Thomas a convoqué la presse pour lui indiquer que le TVR ne serait remplacé qu’en 2022-2024 (comme à Nancy) et qu’il réaliserait une ligne 2 en tram-fer, sans même que M. Bruneau ne réagisse.

Vous connaissez le dernier revirement, datant d’hier…

Je devrais me satisfaire de leur choix final puisqu’ils se sont finalement ralliés à notre position. Mais tout cela me laisse un goût amer et me fait peur, pour trois raisons. D’abord, parce que de toute évidence, ce sujet essentiel aura été instrumentalisé à des fins politiciennes afin de capter une partie de l’électorat, toujours prompt à critiquer toute dépense publique, aussi utile soit-elle. Ensuite, parce que ce trio qui gère actuellement les affaires de la ville de Caen et de l’agglomération disposait de l’ensemble des informations pour se faire une opinion sérieuse sur l’état du TVR. Or, ils ont privilégié la paresse et la facilité au travail de fond et au courage politique. Enfin, et c’est probablement cela le plus triste, nous aurons perdu près d’un un an dans la mise en oeuvre de ce projet de remplacement…

A suivre?….


Nov 06 2014

Projet tramway de l’agglomération caennaise : Le choix de la nouvelle majorité, c’est moins de transports en commun et plus d’embouteillages !

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 22:49

 Les annonces de Messieurs Bruneau et Thomas concernant l’avenir des transports en commun au sein de l’agglomération caennaise marquent un important recul pour le développement d’une offre alternative à la voiture individuelle.

D’un côté bien sûr c’est le soulagement : après avoir défendu le maintien coûte que coûte du TVR, Joël Bruneau et Rodolphe Thomas se rendent enfin à l’évidence : le remplacement du TVR par un tramway fer est une urgence et une nécessité. Et ce qui coûterait cher serait de ne pas le faire. Cette décision, c’est ici bien le moins qu’on puisse attendre pour les usagers qui sont pénalisés par la saturation du système et par tous les désagréments qui s’ensuivent.

D’un autre côté, c’est la désolation. Le choix de renoncer à une deuxième ligne de tramway va priver les quartiers ouest de la ville de Caen d’une desserte de qualité. On pense ici aux habitants les plus modestes, premières victimes de cette décision, qui n’ont guère d’autres solutions que les transports en commun pour se déplacer.

Cette stratégie sonne le glas d’une politique de réduction de la voiture en ville et nous fait faire un grand bon en arrière. Ce n’est certainement pas un hasard si le Maire de Caen choisit dans le même temps d’embouteiller le centre-ville le samedi après-midi en rendant gratuit le stationnement.

Moins de transports en commun, plus de voitures en ville, c’est le choix de la nouvelle majorité et pour les habitants qui trinquent, c’est plus de pollution et moins de qualité de vie.

Rudy L’Orphelin,

Conseiller municipal de Caen,

Conseiller communautaire de Caen la Mer

Président du groupe Caen écologiste et citoyenne.


Page suivante »