Nov 08 2014

Abandon du projet de ligne 2 : une erreur d’analyse et trois fautes politiques majeures

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 10:51

En abandonnant le projet de ligne 2, la Droite commet une erreur d’analyse et trois fautes politiques majeures

.En premier lieu, nous disposions de 63 millions d’euros d’auto-financement assurés: 45 millions du Conseil général (sur la base d’un contrat) + 15 millions d’euros de provisions de Viacités (chiffres actualisés)+ 3,6 millions d’euros garantis par l’Etat (lettre que m’a envoyée le Ministre des transports). Restait à trouver 37 millions d’euros pour assurer un auto-financement pour le projet de deux lignes de tram-fer. Laurent Beauvais s’est engagé (par écrit) à financer jusqu’à 15 millions d’euros; la région obtiendra 15 millions d’euros du FEDER; et nous pouvions escompter de 25 à 36 millions d’euros dans le cadre du troisième appel à projets. Etant entendu qu’Alain Vidalies a annoncé que 450 millions d’euros seront distribués aux projets de TCSP malgré l’abandon du projet d’éco-taxe. Sachant que nous disposons donc d’une capacité d’auto-financement d’au minimum un tiers de 300 millions d’euros, et que le projet peut encore être optimisé (nous avons provisionné 10% du montant total pour des aléas alors que la moyenne observé est de 5%; la Droite n’a pas commencé à réfléchir aux substantielles économies possibles sur la plateforme de la ligne 1; aucun contact n’a été pris auprès de la Banque européenne d’investissement pour un prêt à 2,25%, pour compléter celui de la Caisse des dépôts, etc.), M.M. Bruneau et Thomas commettent donc une lourde erreur d’analyse.

En deuxième lieu, une grande partie des financements extérieurs (Etat, FEDER, Département) dépend de la réalisation de la ligne 2! En abandonnant ce projet, nous pourrions perdre entre 25 à 50 millions d’euros de ces cofinancements. Par exemple, Viacités s’attend actuellement à percevoir 36 millions d’euros de l’Etat (chiffre annoncé par M.M. Bruneau et Thomas). Or, notre demande de subvention était calée sur la réalisation de deux lignes de tram-fer. De même, la convention que nous avons conclue avec le département, pour obtenir un financement de 45 millions d’euros, porte sur les deux lignes, etc.

En troisième lieu, l’abandon du projet de ligne 2 est un coup dur pour plusieurs quartiers: le Chemin Vert qui sera le seul quartier de la politique de la ville de Caen à ne pas disposer du tramway, Beaulieu (quartier en voie de densification), la Haie Vigné, le centre ville (dont l’ilot Bellivet qui aurait pu profiter d’une belle opération de requalification urbaine). Je pense aussi à Bretteville-sur-Odon qui n’aura ni tramway, ni parc-relais…

En quatrième lieu, la Droite table sur un report de la ligne 2 en 2024. Mais qui nous assure que nous disposerons des cofinancements nécessaires? Le Conseil général aura probablement été supprimé entre-temps; l’Etat ne lancera probablement plus de nouveaux appels à projets dans les prochaines années compte tenu des restrictions budgétaires; et qu’est-ce qui nous assure que la future grande région normande acceptera de financer un tel projet?…

Dans ma vie personnelle comme dans ma vie d’élu, j’ai toujours pensé qu’il ne faut jamais repousser à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui. Par manque d’ambition, les "responsables" de l’agglomération d’aujourd’hui font un choix contraire.

Ce n’est pas qu’une erreur d’analyse; ce sont aussi de graves fautes politiques!

Eric Vève

Ancien président de Viacités


Nov 07 2014

Tramway : suite de la réponse d’Eric Vève paruehier soir

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 11:50

2ème partie: petit "florilège" des contorsions de M. Bruneau, de Mme de la Provoté et de Monsieur Thomas sur le TVR (à partager SVP)

Déclaration de Monsieur Bruneau au journal Liberté (janvier 2014) :

" Pourquoi détruire la ligne 1 pour refaire un tram fer […]? Prolonger la vie du TVR est possible pendant cinq pour amortir son coût et avoir une plus grande marge de manoeuvre pour l’avenir". Cette proposition a été inscrite dans son programme électoral…

Déclaration de Madame de la Provoté (qui a voté contre le remplacement du TVR en décembre 2011, et pour en décembre 2012) au journal Côté Caen (mars 2013) :

"Le projet que je défends depuis des semaines s’avère donc le bon: engager la rénovation de la ligne 1 pour prolonger sa durée de vie de 10 à 15 ans. Cette rénovation coûterait 15 millions d’euros et non 180 millions prévus pour le remplacement de la ligne 1". Elle, aussi, inscrira le report du remplacement du TVR dans son programme électoral.

Quand à Monsieur Thomas, je rappellerai l’évolution de ses opinions sur le sujet:
– 2008-2011: poursuite de l’exploitation du TVR jusqu’en 2032
– 2011: remplacement du TVR par un autre tramway sur pneus à partir de 2024
– 2012: vote en faveur du remplacement du TVR par un tram-fer à partir de 2018
– avril 2013-octobre 2014: refus du remplacement du TVR par un tram-fer avant 2022-2024
– novembre 2014: remplacement du TVR par un tramway fer en 2019…


Nov 06 2014

Tramway : Eléments de réponse d’Eric Vève ancien président de Viacités

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 23:08

Remplacement du TVR par un tram fer, M.M. Bruneau et Thomas ainsi que Mme de la Provoté remportent le 1er prix de la Girouette d’Or (à partager SVP): 1ère partie

En mai 2008, lorsque j’ai pris mes fonctions de président de Viacités, j’ai trouvé (entre autres) deux choses dans l’héritage de la Droite: d’une part, le TVR, un matériel prototype qui ne s’était vendu qu’à Caen et Nancy, qui avait connu près de 20 déraillements et dont les usagers subissaient, chaque jour, les pannes et les retards depuis sa mise en service en 2002; d’autre part, un projet de ligne 2 en BHNS. Dès le mois de février 2009, aux élus de Droite qui me poussaient à réaliser au plus vite le projet de ligne 2 en BHNS, je répondais qu’il fallait éviter de se précipiter et que notre réflexion devait aussi porter sur l’avenir de la ligne 1 de TVR.

Après deux années d’intenses réflexions avec l’ensemble de mes collègues, je suis parvenu à cette double conclusion:

– en premier lieu, même si la décision pouvait être difficile à faire admettre, il fallait remplacer le TVR par un tramway digne de ce nom, à la fois pour les usagers, les riverains (souffrant d’importantes nuisances sonores), le personnel de Twisto mais aussi pour nos finances locales (le maintien du TVR conduisant à un gaspillage d’argent public).
– en deuxième lieu, Bombardier et Collas Rail considérant que le TVR est un échec industriel et ayant renoncé à le moderniser, nous nous devions d’engager une action judiciaire en deux temps contre ces sociétés : d’abord, pour connaitre l’étendue de leurs responsabilités; puis pour leur demander des dommages-intérêts.

C’est la raison pour laquelle j’ai mis au vote le remplacement du TVR par un tram-fer ainsi que cette action en justice, en décembre 2011. Tous les élus ont voté pour… sauf nos irréductibles conseillers généraux de Droite – dont M. Thomas et Mme de la Provoté- qui s’y sont opposés.

L’année suivante, en décembre 2012, à la suite très nombreux séminaires de travail, j’ai demandé aux élus de Viacités de voter sur notre projet de deux lignes de tramway, pour un coût de 300 millions d’euros. Résultat: vote à l’unanimité! Même M. Thomas et Mme de la Provoté ont voté pour! Cette dernière ne tarissait alors pas d’éloges pour le projet…

Quatre mois après, les "responsables" de Droite se sont souvenus qu’ils seraient candidats à des élections municipales en 2014… Lors d’une conférence de presse, M.M. Bruneau, Thomas, Lailler et Mme de la Provoté ont donc déclaré qu’ils s’opposaient dorénavant à ce projet.

En mars 2014, Monsieur Bruneau et Mme de la Provoté ont fait campagne contre le remplacement du TVR avant 2024, voire plus…

Peu de temps après sa nomination à la tête de Viacités, Monsieur Thomas a convoqué la presse pour lui indiquer que le TVR ne serait remplacé qu’en 2022-2024 (comme à Nancy) et qu’il réaliserait une ligne 2 en tram-fer, sans même que M. Bruneau ne réagisse.

Vous connaissez le dernier revirement, datant d’hier…

Je devrais me satisfaire de leur choix final puisqu’ils se sont finalement ralliés à notre position. Mais tout cela me laisse un goût amer et me fait peur, pour trois raisons. D’abord, parce que de toute évidence, ce sujet essentiel aura été instrumentalisé à des fins politiciennes afin de capter une partie de l’électorat, toujours prompt à critiquer toute dépense publique, aussi utile soit-elle. Ensuite, parce que ce trio qui gère actuellement les affaires de la ville de Caen et de l’agglomération disposait de l’ensemble des informations pour se faire une opinion sérieuse sur l’état du TVR. Or, ils ont privilégié la paresse et la facilité au travail de fond et au courage politique. Enfin, et c’est probablement cela le plus triste, nous aurons perdu près d’un un an dans la mise en oeuvre de ce projet de remplacement…

A suivre?….


Nov 06 2014

Projet tramway de l’agglomération caennaise : Le choix de la nouvelle majorité, c’est moins de transports en commun et plus d’embouteillages !

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 22:49

 Les annonces de Messieurs Bruneau et Thomas concernant l’avenir des transports en commun au sein de l’agglomération caennaise marquent un important recul pour le développement d’une offre alternative à la voiture individuelle.

D’un côté bien sûr c’est le soulagement : après avoir défendu le maintien coûte que coûte du TVR, Joël Bruneau et Rodolphe Thomas se rendent enfin à l’évidence : le remplacement du TVR par un tramway fer est une urgence et une nécessité. Et ce qui coûterait cher serait de ne pas le faire. Cette décision, c’est ici bien le moins qu’on puisse attendre pour les usagers qui sont pénalisés par la saturation du système et par tous les désagréments qui s’ensuivent.

D’un autre côté, c’est la désolation. Le choix de renoncer à une deuxième ligne de tramway va priver les quartiers ouest de la ville de Caen d’une desserte de qualité. On pense ici aux habitants les plus modestes, premières victimes de cette décision, qui n’ont guère d’autres solutions que les transports en commun pour se déplacer.

Cette stratégie sonne le glas d’une politique de réduction de la voiture en ville et nous fait faire un grand bon en arrière. Ce n’est certainement pas un hasard si le Maire de Caen choisit dans le même temps d’embouteiller le centre-ville le samedi après-midi en rendant gratuit le stationnement.

Moins de transports en commun, plus de voitures en ville, c’est le choix de la nouvelle majorité et pour les habitants qui trinquent, c’est plus de pollution et moins de qualité de vie.

Rudy L’Orphelin,

Conseiller municipal de Caen,

Conseiller communautaire de Caen la Mer

Président du groupe Caen écologiste et citoyenne.


Nov 05 2014

LA 1ERE NUIT DU COMMERCE CONNECTE* RECOMPENSE CAEN LA MER ET SON PASS INCITY

Tag: Caen-agglo,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 22:28

Mercredi 15 octobre 2014, Caen la mer a reçu la médaille d’argent
du "Prix des zones de chalandise les plus connectées" pour le pass Incity
lors de la 1ère Nuit du Commerce Connecté.


Depuis plusieurs années, la Communauté d’agglomération Caen la mer prépare le développement
d’innovations numériques destinées à faciliter la vie quotidienne de ses entreprises et de ses habitants,
en donnant accès, en toute liberté et en toute mobilité, à de nouveaux services. En particulier, Caen la
mer se positionne comme territoire leader des services qui utilisent la technologie sans contact (ou "NFC
– Near Field Communication – Communication en champs proches"), inventée par Sony et Philips (dans
ses laboratoires caennais). L’ambition locale est de développer un bouquet de services, en cherchant
à toujours être à la pointe de l’innovation et à le faire savoir. C’est tout l’objet de l’application baptisée
"Pass Incity" lancée par Caen la mer et ses partenaires en juin 2013.
Cette démarche a été récompensée à l’occasion de la 1ère Nuit du Commerce Connecté le 15
octobre 2014 à Paris par la médaille d’argent du "Prix des zones de chalandise les plus connectées"
décerné par un jury prestigieux parmi lequel les personnalités suivantes : Jacques-Antoine Granjon
(Président de venteprivees.com), Regis Schultz (Président directeur général de Darty), Gimenia Diaz
(Directrice générale de Paypal), Romain Voog (Président d’Amazon France), Laurent Solly (Directeur
général de Facebook France).
image

Le pass "Incity" facilite l’accès au commerce et au tourisme connectés
Cette application mobile gratuite, déjà disponible sur de nombreux smartphones (Androïd et IPhone),
recense les commerces, les services et les lieux touristiques de l’agglomération caennaise. Au total,
20 octobre 2014
20133 600 « points d’intérêt », qu’il est possible de trouver en un clin d’œil grâce au service de
géolocalisation dont elle dispose. Les utilisateurs du Pass Incity peuvent profiter des « bons plans »
proposés par les commerces. Les enseignes définissent elles-mêmes les offres, ponctuelles ou
permanentes, dont elles veulent faire bénéficier leurs clients. Ces derniers peuvent en bénéficier à la
caisse, en passant leur téléphone devant le tag NFC ou en scannant le QR code.
Une centaine de commerces et sites touristiques participe aujourd’hui à cette opération. Ils devraient
être 250 dans les mois à venir. Pour la fin de l’année, le Pass Incity s’enrichira aussi de nouvelles
fonctionnalités, en particulier d’un système de fidélité numérique. Dans leurs boutiques préférées, les
utilisateurs pourront engranger des points directement sur leur téléphone. L’application a été conçue
pour booster le secteur touristique. Véritable guide de voyage, elle recense également les hôtels, les
restaurants, les lieux touristiques emblématiques de l’agglomération et bientôt un agenda des grands
événements. Disponible en six langues et utilisable en mode déconnecté, elle permet à tous, même
aux touristes venus de l’étranger, de profiter des bonnes adresses de Caen la mer.
L’application mobile est également consultable sur une borne tactile installée en plein centre-ville à
l’office de tourisme. Elle est accessible 24h/24 et permet le téléchargement du Pass Incity via le Wifi.
Parallèlement, la Ville de Caen a déployé un service Wifi gratuit à destination des habitants et des
visiteurs. Le Pass Incity vient encore d’évoluer et intègre désormais un agenda culturel et un lien vers les
réseaux sociaux.
* La 1ère Nuit du Commerce Connecté en quelques mots
La 1ère Nuit du Commerce Connecté est un évènement durant lequel un jury d’experts décerne huit
prix devant un parterre de 1 500 professionnels du secteur. Elle illustre la convergence du commerce
physique et du commerce digital et le rôle stratégique du mobile dans ce nouveau commerce
connecté.
Ont été récompensé le meilleur concept-campagne de communication, les marques et industriels les
plus connectés, les enseignes-commerçants les plus connectés et les solutions techniques les plus
efficaces. A cela, s’ajoutent le prix de la zone de chalandise la plus connectée, le prix du client
connecté, celui des Pure Players et réseaux sociaux et une récompense dédiée au projet connecté
ouvert au marché international
Cette nouvelle récompense vient compléter celles déjà obtenues dans ce domaine :
Caen la mer :
> 2011 : Labellisation "Territoire leader du Mobile sans contact" par le Ministère de l’Economie
numérique.
> 2012 : Caen la mer est sélectionnée aux termes de l’appel à projets "Ville numérique, Services
de transport intelligent / Appel à projet n°2 – Déploiement de services mobiles sans contact NFC"
par le Ministère de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie Numérique avec le projet "Caen
Smart Normandy".
> Avec les casual games "Geemik" : Trophée Français de l’e-Démocratie (2011), label Territoire
Innovant des Interconnectés (2011), Prix de la Communication numérique Cap’Com/Paroles
d’élus (2011).
> Avec le serious game "Geeking" : Prix de la Communication numérique Cap’Com/Paroles d’élus
(2012) et Top’Com de bronze (catégorie "sites dédiés" – 2013).
> 2013 : L’agglomération est sélectionnée dans le panel "Baromètre des villes numériques" de
Syntec Numérique (accès au baromètre sous ce lien), le syndicat professionnel de l’écosystème
numérique français (présentation complète sous ce lien).
> Prix Territoria d’argent (catégorie "usages des TIC") pour "le NFC, à vous d’inventer la vie qui va
avec"Ville de Caen
> Trophée Google "e-villes" (2011).
> Prix Territoria d’argent (catégorie "Optimisation des moyens" – 2012) pour le suivi numérique des
interventions de proximité.
Musée des Beaux-arts de Caen :
> "Museum Quest" (quizz numérique) finaliste du concours Best emerging NFC application (salon
WIMA 2012 à San Francisco).


Nov 05 2014

Viacités : En 2019 un tram fer remplacera le TVR

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 13:41

image

Dans les nouveaux  locaux de l’agglomération caennaise, mitoyens des  Rives de l’Orne,  ce mercredi matin, le président de l’agglomération Caen la mer,  Joël Bruneau et le  premier vice président, président de Viacités, Rodolphe Thomas, accompagnés des vices  présidents  de l’agglo, ayant planché depuis 6 mois sur ce dossier  essentiel ,” un des piliers de notre agglomération”  affirme Rodolphe Thomas, ont fait état des  décisions prises , par les élus quant à l’avenir des déplacements  de la population, la plus large possible  dans les transports en commun.

D’emblée, le président Bruneau a   situé les enjeux de ce dossier : “ Il nous faut restaurer nos fondamentaux  budgétaires  mais avec la volonté pour l’agglomération caennaise d’être à la hauteur de ce qu’elle doit être,  y compris dans la logique d’avenir d’une grande Normandie”.

A l’objectif 2019, le TVR sera remplacé par un tram fer  sur la ligne 1  actuelle avec quelques prolongements, notamment envers la presqu’île.

Celui-ci  qui permettra  de desservir  des équipements  majeurs  tels que la BMVR, le  nouveau palais de justice, l’ESAM, le Cargö,  la maison de la recherche et de l’innovation etc.…). Mais aussi une extension vers Fleury-sur-Orne en passant devant le collège  Marcel Pagnol  à la Grâce de Dieu,  pour arriver à un dépôt tramway construit  sur  Fleury. Avec possibilité d’extension vers le nouveau quartier   annoncé  à proximité des Hauts de l’Orne soit environ 10 000 habitants supplémentaires.

Notre ambition était de réfléchir et d’être présents avec un bon dossier  à fin octobre pour répondre  à l’appel à projets” transports collectifs et mobilité durable” du ministère en charge de  l’Ecologie, du développement durable et de l’Energie. On ne sait s’il y en aura d’autres à l’avenir, donc il fallait présenter un bon projet. Nous attendons une réponse pour mi décembre voire fin décembre au plus tard”.

Rodolphe Thomas a rappelé  “qu’en tant qu’ancien  vice président sous l’ancien mandat, il s’était inquiété  sur le financement du projet ambitieux  proposé par  MM. Philippe Duron et Eric Vève. Le projet d’alors avait été inscrit  à hauteur de 300 millions d’euros. Ce projet était insoutenable financièrement  surtout depuis que l’écotaxe a disparu. Avec l’autofinancement  que nous présentons aujourd’hui  l’emprunt nécessaire à notre projet  soit 130,4 millions d’euros est  possible . il ne l’aurait pas été  avec l’ancien projet. Ce serait impensable que l’Etat se désengage mais nous avons  réfléchit à des hypothèses plus pessimistes que celle présentée ce jour. 

Ce ne sont pas des économies, mais on continue, on remplace, on renforce  ce qui doit être le transport en commun de l’agglomération de demain. Pour continuer  le TVR, il aurait fallu  investir de 50 à 70 millions d’euros  à fonds perdus. Pour aller de toutes façons dans le mur. Avec le tram fer nous irons vers des frais de maintenance beaucoup moins importants . Pour l’achat des rames nous envisageons puisqu’Amiens  s’est désolidarisé, de nous associer avec Angers qui venant de construire une ligne 1 envisage une deuxième ligne et aura donc besoin de rames supplémentaires ainsi qu’avec Pointe à Pitre afin de faire diminuer les coûts d’achat”.

Joël Bruneau  revient sur  un prolongement du TVR  sur 5 ans ,  qui avait sa préférence  lors de la campagne des municipales. “En aucun cas on n’aurait pu aller jusqu’en 2032 date butoir prévue pour l’utilisation de TVR lors de son installation. Et  les investissements importants nécessaires pour aller jusqu’en 2020  l’auraient été  a fonds perdus. Les contrats que nous avions  vont être rompus. Nous avons des arguments à faire valoir car les expertises montrent que  le système  ne peut être prolongé  plus longtemps. L’annonce d’un tram sur fer devrait rassurer quelques entreprises  du BTP car ce chantier va relancer la machine économique  pour quelques années.

La ligne 1 reconfigurée n’est pas celle prévue par l’ancienne équipe. Mais quand on peut se payer une voiture à 23 000 euros on ne peur pas s’en payer obligatoirement une à 30 000 euros. C’est une image qui résume bien les finances. L’agglomération est surchargée d’emprunts  pour des projets autres  , en cours BMVR etc.. que nous commençons à rembourser.  Une ligne 2 ce serait 130 millions . Nous verrons ultérieurement. Mais dans ce premier temps il n’est pas prévu de ligne  en bus  BHNS. Et les études ont démontré que c’était le tram fer le plus fiable, car les bus doivent être changés tous les 18 ans et les voitures de tram tous les 28  ans. Pour la ligne Est-ouest, on continue les explorations pour voir comment on peut rendre le meilleur service aux habitants. Et on va surtout actuellement réfléchir  à comment améliorer les bus en centre ville de Caen”.

Enfin selon Rodolphe Thomas,” le prix du billet ne devrait pas augmenter. Par contre la lutte contre la fraude qui représente un manque à gagner d’environ 15 % va être intensifiée”.

2019 : mise en service de la ligne 1 tramway fer ET mise en service de la ligne tramway fer "Presqu’île"

2024 : objectif de mise en service de l’extension ligne Presqu’île, vers l’ouest de l’agglomération.

______________________________________________________________________________________________________________

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image


Oct 30 2014

LA CONCERTATION AU CŒUR DE L’ACTION DE CAEN HABITAT

Tag: Caen-agglo,Politique locale,Social,SociétéGérard - votre Editeur @ 13:07

Les organismes HLM agissent en véritables partenaires avec les locataires, tant au niveau de leur gouvernance que de leur gestion au quotidien. C’est dans cet esprit de concertation que Caen habitat, sous la présidence de Sylvie Morin-Mouchenotte, inscrit son action dans le cadre de « conseils de concertation locative ».

Caen habitat est un acteur majeur du développement local. L’office investit, au quotidien, en matière de construction, de réhabilitation et d’amélioration de son patrimoine. Il gère 10 000 logements et accueille près de 25 000 habitants majoritairement caennais même si Caen Habitat s’étend désormais sur 4 autres communes de l’agglomération de Caen la mer : Fleury-sur-orne, Colombelles, Ifs et Saint-Germain-La-Blanche-Herbe.

Les relations entre le bailleur et les locataires ont été institutionnalisées par la loi du 13 décembre 2000 relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain. Cette « loi SRU » prévoit la création de « Conseil de concertation locative ». Cette instance, composée de représentants des locataires et de représentants du bailleur, se réunit régulièrement, à Caen habitat, pour étudier des questions d’intérêt général telles que la gestion de l’immeuble, l’entretien, les travaux d’amélioration, la sécurité, les charges locatives,…

Ce dispositif a été volontairement étendu à des conseils de concertation locative dans les quartiers. Ces rencontres ont pour objectifs d’échanger directement avec les locataires sur leurs préoccupations quotidiennes, de répondre à leurs questions et si nécessaire, de mettre en place de nouvelles actions.

Cette concertation s’échelonnera, dans les quartiers de la ville de Caen, jusqu’en 2015. Tous les locataires sont invités à y participer.

Le prochain rendez-vous avec ceux de la Grâce-de-Dieu, du centre-ville, de la Maladrerie, de Beaulieu, de Vaucelles et de Fleury-sur-orne, se tiendra le mardi 4 novembre de 20h à 21h30, salle André Malraux à Caen.

Puis, d’ici fin 2014 :

Le 18 novembre 2014 au Pôle de vie nord-ouest au Chemin-Vert.

Et en 2015 :

Le 3 février à la Guérinière.

Le 17 mars à la Pierre Heuzé.

Le 12 mai au Calvaire St Pierre.

Le 2 juin à la Folie Couvrechef.

Par ces moments privilégiés d’échanges, Caen habitat est ainsi au cœur de sa démarche de qualité de service auprès de ses locataires.


Oct 30 2014

COLLECTE DES DECHETS : PERTURBATIONS

Tag: Caen-agglo,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 11:04

Caen la mer annonce un mouvement de grève d’une partie des personnels de la société Véolia-Propreté. La collecte a donc été perturbée le 29 octobre. Elle l’est également ce jeudi 30 octobre 2014.

Conséquence : annulation, pour le moment, des collectes sur les communes ou secteurs indiqués dans le tableau ci-contre.

Les habitants sont donc invités à rentrer les bacs déjà sortis sur la voie publique et à les présenter à la prochaine collecte.

Par ailleurs, en cas de besoin, notamment pour les déchets verts, toutes les  déchèteries sont ouvertes aux horaires habituels : Bretteville-sur-Odon, Fleury-sur-Orne, Hermanville-sur-mer, Colombelles, Ouistreham et Mouen (infos sous ce lien).

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de la situation dans les meilleurs délais.

Pour tous renseignements complémentaires, le numéro vert "collecte des déchets ménagers"  0800 00 14 29 (appel gratuit depuis un poste fixe) reste à vimage001 (14)otre entière disposition.


Oct 28 2014

Un drakkar pour la French Tech caennaise !

Tag: Caen-agglo,Economie locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 12:55

Mercredi 22 octobre 2014, dans le cadre de CAEN FRENCH TECH FESTIVAL (ou Nördik
Numérik), Caen la mer et ses partenaires ont présenté officiellement le nouveau logo
et annoncé le lancement du comité de soutien à la « Caen French Tech ».

image

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 22 octobre 2014, dans le cadre du French Tech Day organisé à l’Ecole Supérieure
d’Art et Médias de Caen-Cherbourg (ésam CC), La Caen French Tech a dévoilé son image,
ses supports de communication et lancé officiellement son Comité de soutien.
Etaient présents à cette occasion Joël Bruneau, Président de la Communauté
d’Agglomération de Caen la Mer et Maire de Caen, Michel Collin, Président de la Chambre
de Commerce et d’Industrie Caen Normandie, Cédric Morel, Directeur opérationnel du Pôle
TES, Franck Murray, Directeur Général d’IPDIA et Président de Relais d’Sciences, Guillaume
Lemoine, Marketing Business Line Manager de la société FIME et Marc Houssaye, Fondateur
et Directeur de l’agence MH Communication.
Déjà plus de 500 soutiens pour la Caen French Tech et un drakkar !
Caen la mer a opté pour un logo original en accord avec ses valeurs : le drakkar. Symbole
du peuple viking et des racines de la Normandie, cette image révèle l’esprit de conquête et
le dynamisme du territoire.
Cette journée a également été l’occasion de présenter le site internet de la Caen French
Tech (www.caenfrenchtech.fr) et d’annoncer le lancement officiel du Comité de soutien
grand public qui réunit déjà plus de 500 personnes.
Un territoire mobilisé
Pour intégrer la dynamique French Tech, les équipes de l’agglomération travaillent avec de
nombreux acteurs engagés dans l’économie numérique locale : Normandie Incubation, le
pôle Transactions Electroniques Sécurisés (TES), la Miriade, le Club TIC, Normandy
Microelectronics Association (NMA), Relais d’sciences, l’Université de Caen, la Chambre de
Commerce et d’Industrie de Caen Normandie, Caen Métropole, la Région Basse-Normandie
et les services de l’Etat (DIRECCTE).
27/10/2014
Déjà labellisée « Territoire leader des services sans contact » puis comme « Ville numérique »,
l’agglomération est riche d’un écosystème solide et performant autour, notamment, des
transactions électroniques sécurisées.
Elle réunit de réels atouts pour encourager la création et le développement d’entreprises
innovantes à forte croissance :
• Des équipements de recherche, publique et privée, de renom ;
• Une offre d’enseignement supérieur ayant intégré les compétences à développer et
les recherches à mener ;
• Des structures dynamiques et performantes d’accompagnement de jeunes
entreprises, dont le Forum Digital qui vient de rejoindre le réseau national des
« cantines numériques » ;
• Une focalisation sur le développement des usages, avec notamment :
o un laboratoire vivant de tests en grandeur nature des usages numériques, le
« Normandy Living Lab » ;
o un laboratoire de fabrication ouvert au public (FabLab);
o mais aussi de nombreux services innovants accessibles au quotidien :
billettique transports, paiement, etc …
• Un tissu économique prolifique en termes d’innovations représentant plus de 600
entreprises et 2 700 emplois sur le tout le bassin économique caennais ;
• Une combinaison parfaite d’équipements clés, destinés à favoriser et stimuler
l’entrepreneuriat, qui confère un atout de taille pour la candidature de Caen la mer :
incubateurs, pépinières, hôtels d’entreprises, future Maison de la Recherche et de
l’Imagination – véritable « Cité des Sciences » orientée innovation et à rayonnement
national, projet d’accélérateur destiné aux start-up …
A propos de la French tech
La French Tech est une initiative lancée par le Ministère du Redressement Productif, de l’Economie et
du Numérique, pour favoriser la croissance et le rayonnement de l’écosystème numérique
français, c’est-à-dire tous les talents qui éclosent et se développent dans l’univers du numérique.
L’objectif de l’initiative French Tech est de permettre à la France d’occuper une place incontournable
sur la carte du monde des principales nations numériques

.


Oct 25 2014

Hérouville : Cambrioleur arrêté en flagrant délit–10 mois fermes

Tag: Caen-agglo,Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 10:39

On ne saura pas pourquoi , ce jeune venu des environs de la capitale, s’est retrouvé à Caen,  et y a été interpelé en flagrant délit de vol. En effet, jugé hier vendredi dans le cadre d’une comparution immédiate, Khaled , n’a cessé de raconter des carabistouilles, s’enfonçant   toujours un peu plus , loin de convaincre les magsitrats  du tribunal correctionnel de Caen. Une seule chose est sûre. Il a été interpellé par la police caennaise , sortant par une fenêtre, d’un pavillon situé rue de Bouvines à Hérouville, et porteur d’une valise  rouge, au nom des propriétaires du pavillon visité, contenant  divers objets volés.

L’attention de la police avait été alertée par un appel  émanant d’un voisin, à Police Secours,  signalant cette intrusion dans ce pavillon. Un autre voisin avait pour sa part signalé deux personnes suspectes rodant  dans une voiture.

Le mis en cause jugé hier, n’en a pas démordu. Il est soi disant arrivé en train depuis Paris,  et s’y est endormi alors  qu’il pensait se rendre à Deauville avec des copains. qui l’on abandonné dans ce train où il s’était endormi sous l’effet de l’alcool?….Arrivé à Caen, il se serait baladé autour du bassin de Plaisance, y aurait retrouvé une connaissance à laquelle il doit de l’argent, mais dont il refuse de donner le nom, puis après une courte visite en centre ville se serait retrouvé  rue de Bouvines avant de commettre, il ne sait pourquoi ce cambriolage?…..

La police  dans son enquête l’a également interrogé sur un autre  cambriolage commis dans un autre pavillon,  Fariboles…..

Que faisait donc à Caen ce jeune d’origine tunisienne, qui a un emploi  de plombier en intérim, gagne  1300 euros par mois, lorsqu’il travaille, donne 400  euros à ses parents qui le logent,  et a le reste pour vivre  sa jeunesse.

La représentante du parquet  a rappelé que le mis en cause avait déjà été condamné en juillet pour vol par effraction. Déjà. Elle a estimé que les vols reprochés à Caen et Hérouville méritaient  4 mois de prison ferme.

pour le défense, Me Hélène Scelles  demande un aménagement de la peine demandée et surtout pas de mandat de dépôt.

Elle ne sera pas entendue, les déclarations de son client ne l’ayant pas servi, et  le tribunal a condamné Khaled Ghribi, 21 ans,  à 10 mois de prison ferme avec maintien en détention et interdiction de séjour dans le Calvados pendant 3 ans  après sa sortie de prison.

Les 140  dollars dont il a été trouvé porteur et dont il a expliqué les avoir trouvés , pour partie et pour l’autre  qu’on lui aurait donné…. ont été saisis ainsi que la bombe lacrymogène qu’il avait dans une poche. Il devra indemniser les victimes. pour l’une il devra verser 1650 euros et pour l’autre , les  sommes à rembourser seront étudiées ultérieurement.


« Page précédentePage suivante »