07 Oct 2014

ALLOCATIONS FAMILIALES

Category: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 22:43

Ce matin, lors de la réunion du groupe socialiste, dans le cadre de la préparation du budget 2015, Laurence DUMONT a défendu le principe de mise sous conditions de ressources des allocations familiales.
Sans remettre en question le principe d’universalité de cette aide aux familles, elle a développé ses arguments face aux quatre Ministres présents, Michel Sapin, Marisol Touraine, Laurence Rossignol et Christian Eckert afin que ce dispositif, si important de notre politique familiale, soit recentré prioritairement sur les classes moyennes et les plus modestes. Tout dispositif doit en effet s’inscrire dans un principe de justice sociale. Comme elle l’avait récemment évoqué dans les médias : « Est-il normal que, comme parlementaire, je touche les mêmes allocations familiales que la femme de ménage que j’emploie ?". La réponse est évidemment non.
Le groupe socialiste particulièrement attentif à cette intervention, une large adhésion s’est opérée autour de cette proposition parlementaire. Le débat que Laurence DUMONT souhaitait engager, depuis plusieurs semaines, au sein du groupe socialiste est dorénavant lancé. Le Parlement doit jouer son rôle, être force de propositions pour le gouvernement et le Président de la république. Et l’exécutif, évidemment, être attentif aux suggestions de sa majorité.
Cette démarche de la députée du Calvados est conforme à la conception qu’elle s’est toujours faite du rôle d’un parlementaire.


02 Oct 2014

Alain TOURRET, s’insurge contre l’augmentation de 15 % du coût du timbre

Category: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 21:53

image


02 Oct 2014

Projet de loi transition énergétique : une occasion à ne pas manquer

Category: International,National,Politique locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 13:18

Le projet de loi relatif à la « transition énergétique pour la croissance verte » présenté par Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, est entré en discussion à l’assemblée nationale. Le contexte d’examen de cette loi est particulièrement lourd.

Les indicateurs du réchauffement climatique sont au rouge. Le dernier rapport du GIEC[1], démontre que sans un changement radical de politique, le réchauffement climatique accusera une hausse de 2°C d’ici 2050, avec des conséquences sans précédent sur les conditions de vie sur terre.

L’humanité vit au dessus de ses moyens, épuisant en huit mois la capacité de notre planète à reproduire les ressources naturelles que nous consommons.

Le modèle énergétique français est fébrile, reposant à 95% sur les importations d’énergies fossiles et d’uranium, dont les gisements sont amenés à se tarir.

Au vu de ces éléments, Europe Écologie – Les Verts Basse-Normandie attendait une prise de position forte de la part de Madame la Ministre. Or le projet de loi est bien en deçà de ce que tous les citoyennes et les citoyens étaient en droit d’espérer.

Tout d’abord le choix d’associer le terme « croissance » à celui de « transition énergétique » dans le titre de cette loi, démontre toute l’ambiguïté d’une politique qui s’enferme dans un modèle économique de croissance sans limite absolument désastreux.

D’autre part la question du tarissement des ressources fossiles, et notamment la fin du pétrole « bon marché», est totalement éludée. Le fait que le développement de l’automobile électrique soit la seule réponse donnée en terme de transports (1er secteur émetteur de CO2), montre une incapacité à proposer une vraie transition vers un modèle plus sobre.

Enfin, comme le révèle le « transitiomètre »[2], l’outil qui évalue la capacité du projet de loi à atteindre les engagements de la France dans les domaines du climat et de l’énergie, cette loi qui devrait révolutionner la politique énergétique française ne permet de répondre qu’à 30% de nos engagements nationaux.

Selon Sébastien Bellet, secrétaire régional d’EELV Basse-Normandie, « la proposition de loi doit se montrer beaucoup plus audacieuse et viser l’exemplarité. À chaque fois que l’on perd une occasion d’anticiper sur les enjeux climatiques et énergétiques, c’est une dette écologique et économique supplémentaire, qu’il nous faudra un jour payer au prix fort : réparer est toujours plus cher qu’anticiper. »

Europe Écologie – Les Verts Basse-Normandie invite tous les parlementaires, dès aujourd’hui, à construire une loi véritablement ambitieuse au-delà des logiques d’appareils et des réflexes partisans, une loi qui représente la formidable opportunité de créer un autre modèle de société. C’est en entrant dans une dynamique de partage plutôt que de compétition que l’on rendra les françaises et les français plus heureux. C’est en mettant l’accent sur le mieux vivre et non sur la croissance de la consommation que l’on changera réellement leur vie.

Europe Écologie – Les Verts Basse-Normandie

25 rue Varignon, 14000 Caen / 09 52 50 67 14

bassenormandie@eelv.frwww.bassenormandie.eelv.fr

____________________________________

[1] Il est possible de retrouver l’étude du GIEC sur le site du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Volume-1-changements-climatiques.html

[2] http://www.transitionenergetique.org/transitiometre/


29 Sep 2014

Le mardi 30 septembre 2014, l’URML de Basse-Normandie se mobilise

Category: National,Santé,Social,SociétéGérard - votre Editeur @ 21:07

image

 

 

 

 

 

 


Le bureau de l’URML de Basse-Normandie soutient le mouvement des
professions libérales et appelle tous les médecins libéraux de la région à
se mobiliser le mardi 30 septembre
Caen, le 29 septembre 2014 – Soutenant la journée « sans professions libérales »
prévue mardi 30 septembre à l’appel de l’UNAPL (Union NAtionale des Professions
Libérales), le bureau de l’URML de Basse-Normandie encourage les médecins
libéraux à protester contre la dérégulation des professions de santé.
Le bureau de l’URML-BN estime que deux projets de loi sont particulièrement
dangereux pour la médecine libérale :
– Le projet de loi « croissance et pouvoir d’achat » : le rapport de l’Inspection
Générale des Finances sur les professions réglementées va définir les
contours de la future loi "croissance et pouvoir d’achat" de M. Macron, Ministre
de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Ce rapport organise la
déréglementation de 37 professions libérales (sociétés d’exercice libéral) en
autorisant des groupes financiers à prendre le contrôle de leurs outils de
travail, dont l’une des conséquences sera l’enrichissement d’actionnaires face
à la perte de l’indépendance professionnelle. Cela n’est qu’un début, en
effet :
– Le projet de loi de santé de Mme Touraine, Ministre des Affaires sociales, qui,
entre autres, met en place en région la toute puissance administrative et
technocratique des ARS avec la fin de la liberté d’installation, la fin de
liberté d’exercice, la filiarisation des soins orchestrée vers le seul hôpital
public, etc.
« Etablis sans aucune concertation, ces deux projets de loi s’accompagnent
d’attaques inacceptables de la part des pouvoirs publics contre les médecins
libéraux » explique le Dr Antoine Leveneur, Président de l’URML de Basse-
Normandie. Alors que les médecins libéraux assurent quotidiennement une mission
de service public auprès de la population, qu’ils génèrent 12 000 emplois en
Basse-Normandie et représentent 2,2% du PIB régional, les médecins libéraux
alertent et veulent exprimer leur exaspération.
« Avec ce climat délétère et ces projets de loi dangereux, les attaques répétées des
caisses d’assurance maladie, le blocage des honoraires, la dégradation des
conditions d’exercice, l’heure est venue de se mobiliser avec l’ensemble des
professionnels de santé libéraux », déclare le Dr Antoine Leveneur.

A propos de l’URML de Basse-Normandie
Créée en 1993, l’URML-BN, Union Régionale des Médecins Libéraux de Basse-
Normandie, représente les médecins libéraux bas-normands et agit concrètement
pour les généralistes et les spécialistes, qu’ils soient installés ou futurs médecins.
L’URML-BN travaille sur des projets en collaboration avec les autres acteurs du
secteur de la santé : ARS, l’Assurance Maladie, le Ministère de la Santé, entre
autres, et avec les collectivités territoriales. L’URML-BN participe à la mise en oeuvre
du Projet régional de santé (PRS). Elle est l’interlocuteur privilégié de l’ARS sur
toutes les questions qui impliquent la médecine libérale et l’organisation des soins en
Basse-Normandie.


28 Sep 2014

Sénatoriales

Category: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 22:01

image

Denis JAGU, tête de liste Europe Ecologie – les Verts (EELV) aux élections sénatoriales de ce 28 septembre 2014 remercie les 68 grandes électrices et grands électeurs qui ont apporté leurs suffrages à la liste qu’il conduisait dans le Calvados.
Malgré un mode de scrutin qui leur est particulièrement défavorable, les candidat(e)s écologistes ont fait un score qui dépasse de loin leurs seuls électeurs encartés et progressent de 15% par rapport à 2008*.
Pour Denis JAGU  : «  ce résultat montre qu’un nombre croissant d’élus de terrain sont convaincus du réalisme des propositions écologistes car ils constatent la pertinence de réalisations dans leurs territoires qui s’appuient sur de nouvelles formes de gouvernance plus participatives  : micro-éolien et photovoltaïque coopératifs, nouvelles pratiques agricoles, circuits courts et AMAP, etc.  »  .
C’est aussi le reflet de la progression années après années des écologistes au sein de la gauche régionale.
Au plan national, la perte du Sénat par la gauche s’explique par le résultat des dernières élections municipales et par la défiance des élus vis-à-vis de la politique du gouvernement  : trop de réformes ou de projets, dont certains vont pourtant dans le bon sens comme les rythmes scolaires ou la transition énergétique, sont mal engagés ou mal ficelés, trop timides ou mal financés et insuffisamment ancrés dans la réalité des territoires  ; d’autres sont inacceptables, comme la baisse sans compensations sociales et environnementales des charges des entreprises.
A rebours des résultats nationaux, les écologistes se félicitent que le Calvados envoie un élu de gauche au Sénat au détriment de l’UMP.
Pour Sébastien Bellet, secrétaire régional d’EELV  : « les écologistes continueront à porter avec force les revendications qui ont été les leurs pendant cette campagne  : pour une vraie réforme territoriale et pour un changement profond de nos institutions. Il est plus que jamais temps de dépoussiérer notre vision de la démocratie et d’aller vers une VIème république, plus citoyenne et participative. »  .
*en 2008, les trois candidat(e)s écologistes avaient recueilli une moyenne de 59 suffrages.


16 Sep 2014

Caen : Univerite de rentree du MRC, cette fin de semaine, au centre de congrès

Category: National,Politique locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 11:23

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

La volonté politique face à l’impuissance

Organisée à Coudekerque-Branche avec pour invité d’honneur Manuel Valls, notre Université d’été 2013 avait pour thème « Redresser la France en réorientant la construction européenne ». Un an plus tard, ces deux objectifs tiennent toujours du discours d’intention plus que de l’action concrète. Pire encore, apathie et résignation semblent accueillir chaque nouveau chiffre de croissance et de chômage, symptôme d’une classe dirigeante sentant le destin national lui échapper. Les résultats des élections municipales et européennes montrent parallèlement la radicalisation d’une société en situation d’insécurité économique, sociale et culturelle. Son débouché probable en 2017 a de quoi inquiéter, tout particulièrement à gauche.

En intitulant cette Université de rentrée de Caen « Quel projet pour un sursaut républicain ? », c’est à ce double sentiment que nous avons souhaité répondre.

Pour le Mouvement Républicain et Citoyen, prôner le sursaut, c’est s’opposer à l’impuissance et à la complaisance de certains face à la triple dérive dont notre pays est victime :

– celle du cycle néolibéral mondial ouvert il y a plus de 30 ans et dont l’épuisement est avéré, le traité transatlantique faisant figure de reliquat anachronique

– celle de la construction européenne et de la monnaie unique, dépossédant les nations de leur souveraineté et des moyens de renouer avec la croissance

– celle du délitement du pacte républicain, de la montée des inégalités et de l’affaiblissement de la fonction politique dont la montée de l’abstention et du Front national attestent

La table ronde n°1 et n°3 intitulées « Europe, libre-échange, mondialisation, lever les tabous » et « Crise de la société, crise de la politique » permettront d’en dresser un constat lucide autour d’économistes, sociologues et journalistes ainsi que de confronter nos analyses aux faits. Cependant, le MRC ne saurait être utile dans la majorité actuelle sans répondre à la question centrale posée par la table ronde n°2 « Quelle réponse à la crise politique ? ». Alors que les lignes de fractures idéologiques sont brouillées, de même que les repères de l’électorat, c’est un projet authentiquement républicain et social que le MRC propose à ses partenaires ainsi qu’au Gouvernement. La gauche doit tirer les leçons des échecs des deux dernières années au pouvoir et réorienter la politique menée pour remettre la France sur le droit chemin.

En marge de ces 3 tables-rondes, des ateliers thématiques nous permettront d’échanger entre militants sur les dossiers concrets que nous offre l’actualité législative : réforme territoriale, transition énergétique, politique industrielle. Sur ces sujets la voix du MRC, et notamment de nos députés, devra porter dans les prochains mois.

Enfin, une Université de rentrée est également pour nous, militants du MRC, l’occasion de nous retrouver et entretenir cette amitié forgée à travers les combats, tout aussi précieuse que notre logiciel politique.

Je remercie, à cet égard, la fédération de Basse-Normandie de s’être proposée pour l’organisation de cette édition qui sera productive et conviviale, comme les précédentes ont toujours su l’être.

2014 n’est pas trop tard pour sortir la France de l’impasse ni pour concrétiser enfin, à deux ans et demi du terme du quinquennat de François Hollande, les promesses nées de mai 2012.

Julien Landfried, secrétaire national à la communication et à l’université d’été

_________________________________________________________________________________________________________________

Programme

Vendredi 19 septembre :

15h : formation élus

Atelier 4B (1er étage)

Soirée du vendredi 19 septembre

19h : dîner-débat avec Jean-Yves Autexier : « La mondialisation ne périme que les nations qui s’abandonnent » et Didier Motchane : « Gauche : ce qu’on lui fait dire ; ce que cela devrait dire ? »

Salle Arc-en-ciel – Rue de la promenade du Fort

Matinée du samedi 20 septembre

10h : Accueil de Pascal Blanchetier, conseiller municipal de Caen

10h10 : Ouverture, par Jean-Luc Laurent, président du MRC

10h20 : Introduction de l’université de rentrée, par Julien Landfried, secrétaire national du MRC chargé de la communication et des universités d’été

10h30-12h : Table ronde n°1 / Europe, libre-échange, mondialisation : lever les tabous

Atelier 1

Intervenants :

  • Coralie Delaume, auteur de Europe, les Etats désunis (Michalon, 2014)
  • Romaric Godin, rédacteur en chef adjoint à l’économie au journal La Tribune
  • Bruno Moschetto, économiste, professeur à la Sorbonne et HEC, secrétaire national du MRC
  • Patrick Quinqueton, secrétaire national du MRC au projet, animateur

Après-midi du samedi 21 septembre

14h – 16h : ateliers

Atelier n°1 : « Quel Etat pour quelle réforme territoriale ? », animé par Martine Souvignet, secrétaire nationale à l’Etat et à la réforme territoriale et Jean-Marc Nicolle, président de l’ARECA

Atelier 1

Atelier n°2 : « Quelle indépendance énergétique pour la France ? » animé par Gérard Pierre, Christophe Mouton, secrétaires nationaux

Atelier 2

Atelier n°3 : « La politique industrielle de la France : entre contraintes et volontarisme », animé par Claude Nicolet, Thierry Rochefort, secrétaires nationaux et Thierry Cotelle, secrétaire national à la politique industrielle

Atelier 4B

16h30 – 18h30 : Table ronde n°2 / Quelle réponse à la crise politique ?

Atelier 1

Intervenants :

  • Emmanuel Maurel, député européen, animateur de Maintenant la gauche
  • Clotilde Valter, députée, secrétaire nationale du PS au pôle préparation de l’avenir
  • Un représentant du PCF
  • Yves-Marie Cann, directeur en charge de l’opinion à l’institut CSA
  • Bastien Faudot, secrétaire national, conseiller municipal de Belfort
  • Henri Peña-Ruiz, philosophe, écrivain, maître de conférences à SciencesPo Paris, militant au PG
  • Catherine Coutard, vice-présidente du MRC, animatrice

19h00 : pot de l’amitié à l’Hôtel de Région en présence de Laurent Beauvais, président du conseil régional

Hôtel de Région, Abbaye-aux-Dames – Place Reine Mathilde

20h : banquet républicain

Hôtel Mercure – 1 Rue de Courtonne

Matinée du dimanche 14 septembre

10h : synthèse de la première journée, par Julien Landfried, secrétaire national du MRC chargé de la communication et des universités d’été

10h20-12h00 : Table ronde n°3 / Face à la crise : un programme de salut public ?

Atelier 1

Intervenants:

  • Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre
  • Pouria Amirshahi, député PS
  • Philippe Guibert, ancien directeur du Service d’Information du Gouvernement
  • Marie-Françoise Bechtel, députée, vice-présidente du MRC, animatrice

12h : Intervention de clôture de l’université de rentrée, par Jean-Luc Laurent, député du Val-de-Marne, président du MRC.


15 Sep 2014

INFO LE FIGARO – Les élections régionales et départementales n’auront pas lieu en même temps

Category: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 15:36

Manuel Valls l’annoncera ce mardi dans son discours de politique générale : les élections cantonales et les élections régionales seront découplées.
Les premières auront lieu en mars 2015 et les secondes en décembre 2015.
Avec le redécoupage des régions, le gouvernement avait initialement envisagé de regrouper les deux scrutins et de les organiser en décembre 2015.


14 Sep 2014

LES PETITES RETRAITES DOIVENT ÊTRE REVALORISÉES

Category: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 8:32

Le gouvernement a annoncé hier que les petites retraites, celles inférieures à 1 200
euros par mois, ne seraient pas revalorisées au 1er octobre, invoquant « une très faible
inflation ».
Alain TOURRET, député RRDP du Calvados, dénonce cette décision qui trahit les
avancées obtenues par les Radicaux de Gauche lors de l’examen du projet de loi de
financement de la sécurité sociale pour 2014, à savoir la prise en compte de la
situation des Français les plus précaires.
Si les statistiques ne montrent pas un durcissement des conditions de vie, la réalité est
toute autre pour celles et ceux dont les ressources sont faibles et qui subissent depuis
janvier la hausse de la TVA, l’augmentation de leurs dépenses de santé et des prix de
l’énergie.
Alain TOURRET exhorte donc le gouvernement à respecter ses engagements surtout
lorsque ces derniers doivent profiter aux moins favorisés d’entre nous. Il demande en
outre au Premier Ministre de venir s’expliquer devant les deux groupes qui soutiennent
son action, les socialistes et les radicaux.
ALAIN TOURRET


11 Sep 2014

Rencontres avec Hervé Morin et JC Lagarde.

Category: National,Politique localeGérard - votre Editeur @ 9:30
Suite à la venue de Chantal Jouanno et d'Alain Lambert samedi dernier, l'UDI calvados, dans un esprit de pluralisme politique a souhaité inviter les autres candidats à la présidence de l'UDI.

C'est au tour d'H. Morin de venir à Caen au café Le Bureau à 17h dimanche 14 septembre. De plus M. Jean-Christophe Lagarde, député maire de la ville de Drancy viendra à Caen le lundi 15 septembre dès 15h30 au bar Le Royal

10438277_10152690495418850_6858767725276875237_n

1604672_10152690495273850_6271939917528678218_n


10 Sep 2014

NOUVEL IPHONE 6 NFC : LES CAENNAIS PARMI LES PREMIERS A EN PROFITER !

Category: Caen-agglo,Economie locale,International,National,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 9:38

Ca y est, c’est fait ! Mardi 9 septembre, Apple vient de dévoiler ses intentions
concernant les services mobiles sans contact NFC pour son nouvel Iphone 6.
En intégrant enfin une puce NFC, Apple souhaite visiblement apporter sa révolution  aux transactions mobiles
.
Joël Bruneau, maire de Caen et président de la communauté d’Agglomération Caen-la-mer, se réjouit  publiquement de cette annonce :
"Nous retirons une certaine fierté qu’une technologie inventée à
Caen se retrouve dans le nouvel iPhone. Nous avons anticipé cette évolution et nous proposons déjà
de nombreux services NFC pour les habitants et les visiteurs de notre agglomération
".
Depuis 2005, avec le Pôle de Compétitivité TES mais aussi Orange Labs, Caen mobilise son écosystème
local et de nombreux acteurs nationaux pour innover dans les services numériques de proximité. Lors de
l’Université NFC des Territoires, qui a eu lieu à Caen fin juin, un parcours complet était organisé pour
présenter les usages du NFC déployés dans le Commerce, avec le Pass InCity, les applications
touristiques, la communication extérieure, la billettique mobile et l’information voyageur et,
naturellement, le paiement sans contact notamment avec Orange Cash.
C’est ainsi que Caen est devenu le territoire privilégié pour innover dans les services mobiles de
proximité, en proposant un univers favorable au lancement de services innovants et interactifs sur des
smartphones et en apportant un retour d’usage par l’utilisateur, permettant ainsi aux grands acteurs du
Commerce, du Tourisme et des Services de roder leurs initiatives et préparer les déploiements à grande
échelle. "Notre démarche locale d’innovation autour du mobile est un grand facteur d’attractivité pour notre
territoire et motive notre engagement à obtenir le label CAEN FRENCH TECH
" conclut Joël Bruneau.
L’arrivée du NFC dans le nouvel Iphone 6 est un événement mondial de nature à booster un
développement massif des services puisque cette technologie est déjà adoptée par Google Android
et Microsoft, soit 80% du marché des smartphones.


« Page précédentePage suivante »