07 Nov 2014

Des gourmandises à 2 euros place Saint Sauveur à Caen

Category: Economie locale,Santé,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 9:53

image

 

 

Les journées Gourmandes à Caen les 7 et 8 novembre, c’est un rendez-vous gastronomique avec des chefs et des producteurs locaux pour valoriser le patrimoine culinaire normand et découvrir une nouvelle façon de s’alimenter.

 

 

 

 

 

 

 

 

A partir de 9h30 vous pourrez assister aux démonstrations des chefs qui prépareront des recettes adaptées aux horaires :

  • 9h30/12h : brunch
  • 12h/15h : déjeuner
  • 15h/17h30 : goûter et tea-time
  • 17h30/20h30 : apéritif dinatoire.

Et toute la journée, les producteurs normands seront là pour vous faire découvrir ou re-découvrir les saveurs authentiques des produits de notre terroir.

Le samedi 8 novembre 2014, devant l’Eglise du Vieux Saint Sauveur, le Marché au foie gras vous attend

image


06 Nov 2014

Tramway : Eléments de réponse d’Eric Vève ancien président de Viacités

Category: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 23:08

Remplacement du TVR par un tram fer, M.M. Bruneau et Thomas ainsi que Mme de la Provoté remportent le 1er prix de la Girouette d’Or (à partager SVP): 1ère partie

En mai 2008, lorsque j’ai pris mes fonctions de président de Viacités, j’ai trouvé (entre autres) deux choses dans l’héritage de la Droite: d’une part, le TVR, un matériel prototype qui ne s’était vendu qu’à Caen et Nancy, qui avait connu près de 20 déraillements et dont les usagers subissaient, chaque jour, les pannes et les retards depuis sa mise en service en 2002; d’autre part, un projet de ligne 2 en BHNS. Dès le mois de février 2009, aux élus de Droite qui me poussaient à réaliser au plus vite le projet de ligne 2 en BHNS, je répondais qu’il fallait éviter de se précipiter et que notre réflexion devait aussi porter sur l’avenir de la ligne 1 de TVR.

Après deux années d’intenses réflexions avec l’ensemble de mes collègues, je suis parvenu à cette double conclusion:

– en premier lieu, même si la décision pouvait être difficile à faire admettre, il fallait remplacer le TVR par un tramway digne de ce nom, à la fois pour les usagers, les riverains (souffrant d’importantes nuisances sonores), le personnel de Twisto mais aussi pour nos finances locales (le maintien du TVR conduisant à un gaspillage d’argent public).
– en deuxième lieu, Bombardier et Collas Rail considérant que le TVR est un échec industriel et ayant renoncé à le moderniser, nous nous devions d’engager une action judiciaire en deux temps contre ces sociétés : d’abord, pour connaitre l’étendue de leurs responsabilités; puis pour leur demander des dommages-intérêts.

C’est la raison pour laquelle j’ai mis au vote le remplacement du TVR par un tram-fer ainsi que cette action en justice, en décembre 2011. Tous les élus ont voté pour… sauf nos irréductibles conseillers généraux de Droite – dont M. Thomas et Mme de la Provoté- qui s’y sont opposés.

L’année suivante, en décembre 2012, à la suite très nombreux séminaires de travail, j’ai demandé aux élus de Viacités de voter sur notre projet de deux lignes de tramway, pour un coût de 300 millions d’euros. Résultat: vote à l’unanimité! Même M. Thomas et Mme de la Provoté ont voté pour! Cette dernière ne tarissait alors pas d’éloges pour le projet…

Quatre mois après, les "responsables" de Droite se sont souvenus qu’ils seraient candidats à des élections municipales en 2014… Lors d’une conférence de presse, M.M. Bruneau, Thomas, Lailler et Mme de la Provoté ont donc déclaré qu’ils s’opposaient dorénavant à ce projet.

En mars 2014, Monsieur Bruneau et Mme de la Provoté ont fait campagne contre le remplacement du TVR avant 2024, voire plus…

Peu de temps après sa nomination à la tête de Viacités, Monsieur Thomas a convoqué la presse pour lui indiquer que le TVR ne serait remplacé qu’en 2022-2024 (comme à Nancy) et qu’il réaliserait une ligne 2 en tram-fer, sans même que M. Bruneau ne réagisse.

Vous connaissez le dernier revirement, datant d’hier…

Je devrais me satisfaire de leur choix final puisqu’ils se sont finalement ralliés à notre position. Mais tout cela me laisse un goût amer et me fait peur, pour trois raisons. D’abord, parce que de toute évidence, ce sujet essentiel aura été instrumentalisé à des fins politiciennes afin de capter une partie de l’électorat, toujours prompt à critiquer toute dépense publique, aussi utile soit-elle. Ensuite, parce que ce trio qui gère actuellement les affaires de la ville de Caen et de l’agglomération disposait de l’ensemble des informations pour se faire une opinion sérieuse sur l’état du TVR. Or, ils ont privilégié la paresse et la facilité au travail de fond et au courage politique. Enfin, et c’est probablement cela le plus triste, nous aurons perdu près d’un un an dans la mise en oeuvre de ce projet de remplacement…

A suivre?….


06 Nov 2014

Gilles-Eric Séralini au brouillon de culture samedi 15 novembre à 17h

Category: Société,Vie caennaise,Vie culturelle et loisirsGérard - votre Editeur @ 23:00

Plaisirs cuisinés ou poisons cachés?
Gilles-Eric Séralini au brouillon de culture

 

 
 

- - - -


Image

 
 

- - - -

 

 
Depuis des décennies, les sciences s’invitent dans nos assiettes. Cet ouvrage va maintenant leur demander de se mettre à table. Les industries internationales ont systématisé l’emploi de substances chimiques, depuis leurs épandages dans les champs, en passant par l’élevage, les transformations, les conditionnements et la distribution de notre nourriture. Elles sont ainsi amenées à pénétrer notre corps en permanence. Ce processus a atteint une telle ampleur qu’il est susceptible d’orienter une partie du devenir des peuples et de la planète. Si les polluants biologiques présents dans notre alimentation n’ont quasiment plus de secret pour nous aujourd’hui – tout restaurant qui se respecte suit méticuleusement les règles d’hygiène nécessaires, très largement codifiées et contrôlées pour leurs effets connus -, les polluants chimiques présents dans pratiquement tous les aliments sont beaucoup moins traqués : métaux lourds, herbicides, insecticides, fongicides et OGM, additifs, exhausteurs de goût, détergents, plastifiants… Les autorisations de ces produits masquent à la société les savoirs sur tous les problèmes sanitaires que ces nouveaux contaminants alimentaires peuvent engendrer, dont chaque famille souffre par le développement galopant des maladies chroniques. Méconnaissance, protection malhonnête d’intérêts privés ou volonté de ne pas faire éclater de scandale, la frontière est bien gardée. En outre, on réalise depuis peu leur impact sur les goûts des aliments. Dans un pays où la gastronomie est reine, où la majorité des Français aime la bonne cuisine, la qualité des produits utilisés, elle, n’est pas à la hauteur des exigences que l’on a par ailleurs quant aux saveurs et à la créativité des recettes. Gilles-Éric Séralini, professeur et chercheur à l’université de Caen, spécialiste des OGM et des pesticides – connu pour ses expériences récentes établissant un lien avec tumeurs, maladies des reins et du foie -, et Jérôme Douzelet, chef cuisinier responsable, ont décidé d’unir leur voix pour révéler des expériences éclairantes sur la malhonnêteté de l’évaluation des produits chimiques, et aussi apporter un regard nouveau sur la richesse des saveurs originelles. Au fil d’un repas-plaisir, où des produits savoureux et naturels émoustillent nos papilles, ils nous expliquent pourquoi notre manière de produire et de consommer nos aliments conditionne un véritable choix de société. Continuer à creuser la voie industrielle, chimique, au péril de notre santé et de la contamination de notre environnement, ou chercher la voie de l’épanouissement des saveurs, des personnes, tout en préservant la vie sous toutes ses formes ?

 

 

 
Gilles-Eric Séralini signera son dernier livre (co-écrit avec Jérome Douzelet)
le samedi 15 novembre à partir de 17h

 

 

 
Plaisirs cuisinés ou poisons cachés

 

 

 
Dialogue entre un chef et un scientifique
Editions Actes Sud


06 Nov 2014

Projet tramway de l’agglomération caennaise : Le choix de la nouvelle majorité, c’est moins de transports en commun et plus d’embouteillages !

Category: Caen-agglo,Politique locale,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 22:49

 Les annonces de Messieurs Bruneau et Thomas concernant l’avenir des transports en commun au sein de l’agglomération caennaise marquent un important recul pour le développement d’une offre alternative à la voiture individuelle.

D’un côté bien sûr c’est le soulagement : après avoir défendu le maintien coûte que coûte du TVR, Joël Bruneau et Rodolphe Thomas se rendent enfin à l’évidence : le remplacement du TVR par un tramway fer est une urgence et une nécessité. Et ce qui coûterait cher serait de ne pas le faire. Cette décision, c’est ici bien le moins qu’on puisse attendre pour les usagers qui sont pénalisés par la saturation du système et par tous les désagréments qui s’ensuivent.

D’un autre côté, c’est la désolation. Le choix de renoncer à une deuxième ligne de tramway va priver les quartiers ouest de la ville de Caen d’une desserte de qualité. On pense ici aux habitants les plus modestes, premières victimes de cette décision, qui n’ont guère d’autres solutions que les transports en commun pour se déplacer.

Cette stratégie sonne le glas d’une politique de réduction de la voiture en ville et nous fait faire un grand bon en arrière. Ce n’est certainement pas un hasard si le Maire de Caen choisit dans le même temps d’embouteiller le centre-ville le samedi après-midi en rendant gratuit le stationnement.

Moins de transports en commun, plus de voitures en ville, c’est le choix de la nouvelle majorité et pour les habitants qui trinquent, c’est plus de pollution et moins de qualité de vie.

Rudy L’Orphelin,

Conseiller municipal de Caen,

Conseiller communautaire de Caen la Mer

Président du groupe Caen écologiste et citoyenne.


06 Nov 2014

-7 avant le salon Planète Créa

Category: Economie locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 22:45

Créer, démarrer, reprendre, céder une entreprise en Normandie

Depuis 2012, Planète Créa, salon de proximité destiné aux porteurs de projet de création, de reprise d’entreprise et aux jeunes entrepreneurs, se déroule sur une journée. Cette manifestation, organisée par la CCI Caen Normandie, s’inscrit dans un ensemble d’événements locaux, autour d’une dynamique commune « Créer, démarrer, reprendre, céder une entreprise en Normandie », dont Planète Créa est l’étape de la CCI Caen Normandie.

Cette 8ème édition s’oriente vers de nouveaux événements et temps forts :

· De 10h00 à 12h00 : Pour les jeunes, jeu de plateau dédié à l’entrepreneuriat « Dessine-moi un chef d’entreprise ».

· De 10h à 12h30 et de 14h à 17h30 : Consultations individuelles de 30mn, sur rendez-vous, avec des conseillers en création-reprise pour valider et finaliser votre projet en toute confidentialité.

  • 10h30 et 14h30 : Speed dating bancaire / Forum du financement (durée 2h) – rendez-vous en face à face de 20mn entre porteurs de projet ou entrepreneurs et organismes de financement (prise de rendez-vous sur place).

· 11h00 : Inauguration du salon en présence des acteurs économiques, politiques et des partenaires – Table ronde sur le thème « Etre innovant ou avoir innové : les acteurs au service de l’entreprise ».

· 17h00 à 18h30 : Fair Business – moment de rencontres et d’échanges entre PME désireuses de favoriser leur innovation et start-up souhaitant accélérer leur développement.

· 17h30 : Conférence « Le brevet unitaire européen, un nouvel outil de protection pour vos innovations » animée par l’INPI.

  • 18h00 à 20h00 : Lancement des Entrepreneuriales (parcours pédagogique pour apprendre à créer sa boîte en étant étudiant).

Bilan de l’édition 2013 :

  • 56 exposants répartis sur 7 espaces thématiques : accompagnement et conseil, assurance, financement, gestion juridique, implantation, innovation, social.
  • Plus de 1 500 visiteurs : créateurs, repreneurs, porteurs de projets (salariés, demandeurs d’emploi, étudiants, candidats à la franchise…), chefs d’entreprise…
  • 1 283 participants aux animations : conférences, ateliers, mini-ateliers, rendez-vous avec les conseillers en création / reprise.

Entrée gratuite. Renseignements et inscription obligatoire sur :

www.planetecrea.com


06 Nov 2014

Contrat local de santé : un outil au service de la réduction des inégalités de santé

Category: Santé,Social,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 22:42

La Ville de Caen, l’Agence régionale de santé (ARS) et l’État, en concertation avec leurs partenaires, ont engagé depuis un an la préparation d’un Contrat local de santé (CLS) visant à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé. Il s’agit de mieux coordonner l’action des différents intervenants locaux.

La Ville de Caen, l’ARS et l’État ont signé ce contrat pour la période 2014 – 2018 ce jeudi 6 novembre à l’occasion de la 2e édition des Rencontres de la santé*.

Les signataires s’engagent à mobiliser leurs partenaires et leurs moyens humains et financiers en faveur des axes stratégiques retenus collectivement.

La finalité du CLS est de lutter contre les inégalités de santé en opérant sur les déterminants environnementaux et sociaux, d’accès aux soins, de prévention et de promotion de la santé, et en fédérant les acteurs concernés. Il s’appuie sur quatre axes prioritaires :

· la nutrition, avec le développement d’actions autour de l’alimentation dans les écoles et les structures sociales de proximité, et la promotion de la pratique régulière d’activité physique,

· le bien-être psychique, par la mise en place d’un Conseil local de santé mentale,

· l’accès aux soins et à la santé pour tous :

– en soutenant les actions en direction des personnes éloignées des dispositifs de santé,

– en favorisant l’articulation des acteurs des champs sanitaire et social et en accompagnant le déploiement de pôles de santé libéraux et ambulatoires.

· la santé environnementale, en développant des actions de sensibilisation pour améliorer le cadre de vie.

Un dispositif de pilotage, de suivi et d’évaluation du CLS sera opérationnel pendant la durée du contrat.


06 Nov 2014

Prison ferme et voiture confisquée pour deux jeunes de la Guérinière

Category: Actualités Judiciaires,Faits divers,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 16:05

Le 20 août dernier lors d’une patrouille dans le quartier de la Guérinière, la police s’intéresse à deux jeunes assis dans une Renault Mégane stationnée place de la Liberté. a leur arrivée, le passager referme vivement la boîte à Caen. Les policiers y découvriront un pistolet 7,65 dans un étui , la cartouche engagée. . A côté  se trouvent environ 60  grammes de résine de cannabis.

Des perquisitions sont opérées chez les deux garçons et chez le passager, environ 176 g de résine sont découverts dans la commode de la chambre de la maman. Les deux jeunes  guérinois ont été jugés hier dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate reportée pour besoin de préparer  la défense.

Le propriétaire de la Mégane achetée 15 jours plus tôt, cash en liquide, Steve Segers, 20 ans, en avait acheté une autre quelques semaines plus tôt encore . il ne travaille pas officiellement, mais déclare avoir un emploi au noir  de la part d’un employeur dont il refuse de donner les coordonnées . il travaillerait sur les toits  pour 1500 à 2200 euros par mois…..Ce qui explique ses  achats , selon lui.

L’autre prévenu, Jessy Merah, 19 ans, refuse d’accepter le terme de revendeur utilisé tant pendant l’enquête qu’à l’audience quand pourtant il reconnaît vendre  des petites doses pour dix ou 20 euros.Et affirme gagner un peu d’argent en faisant un peu de mécanique dans le quartier , au noir.Et ajoute  on n’est pas des criminels.  

Les deux prévenus dans le box, échangent beaucoup, tenant peu compte de ce qui se passe  à leur sujet.  Jessie passe son temps à osciller d’avant en arrière pendant que son collègue oscille de droite à gauche, se balançant sur ses deux jambes.

Le plus jeune fait un peu le fanfaron parce que sa famille est là. Et plus encore quand le procureur de la république Mme Denis évoque   le fait que ses parents ne semblent capables de la canaliser pour qu’il ne s’adonne pas  à l’usage de drogue. C’est à ce moment qu’il insulte vertement la chef du parquet, la couvre de propos plus qu’injurieux, pendant que sa mère, son père et une connaissance viennent à la barre exprimer  avec quelques injures et menaces à la clé,  leur désaccord avec la magistrate.

La présidente d’audience, Mme Eljmeiher, fera sortir ces trublions ainsi que le prévenu odieux avant de continuer les débats;

Finalement M. Merah est condamné à un an de prison plus 3 mois  révoqués sur une autre condamnation.

M. Segers est  quant à lui, condamné à  18 mois de prison. Les scellés sont confisqués ainsi que la voiture  de M. Segers.


06 Nov 2014

Les pérégrinations nocturnes de deux paumés les reconduisent en prison

Category: Actualités Judiciaires,Faits divers,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 15:25

Ils s’étaient connus en maison d’arrêt. Lundi ils se sont retrouvés, par hasard disent –ils, dans Caen. Et rapidement ,en manque de moyens, ils ont décidé de se faire quelques monnayeurs en divers endroits de la ville.

Celui qui agit,  se sera  semble-t-il, Jordy Lecerf, 21 ans,  un jeune délinquant originaire de Barneville Carteret  dans la Manche. Ce dernier  affiche un casier plus lourd que ses années de vie. 23 condamnations. En sept  années. Ce jeune,  a été, selon les éléments du dossier évoqué par le juges lors d’une comparution immédiate, hier mercredi,” le souffre douleurs de son père depuis qu’il est né”.

Son copain d’infortune, Emile Neveu, même âge, est un angevin, SDF , “qui fait la route…”. Lui aussi a subit des mauvais traitements  de la part de son père qu’il qualifie d’ordure  et d’alcoolique. il n’a aucune relation avec sa famille et  essaie de survivre  dans la rue, parfois de petits larcins qui lui ont valu  8 mentions sur son casier. .

Les deux compères se sont donc rendu dans un premier temps à la fac de droit et lettres pour essayer de dévaliser un monnayeur de distributeur de boissons. En faisant de gros dégâts à l’appareil et aux portes fracturées de  l’immeuble qu’ils ont visité. Sans  réussir à capter l’argent.

Un peu plus tard , leurs  pérégrinations les conduisent  au magasin “La Ronde des Pains”, route de Paris ,  sur Mondeville. A l’autre bout de la ville. Là,   Lecerf encore,  réussira à forcer un volet, puis à pénétrer dans les bureaux où il trouvera,  pour seul butin,  un clavier d’ordinateur,  un marteau, quelques babioles et une clé de voiture. La voiture stationnée dans la cour sera visitée.

Les deux délinquants regagneront “ à pattes,” les environs de la Gare de Caen, où Lecerf “planquera” le clavier dans un bosquet avant de repartir en chasse.

Jusqu’au Lavoclair situé  rue Saint Jean. Là, à l’aide du marteau vraisemblablement,  la porte d’entrée sera forcée puis les locaux visités sans résultat financier non plus . Seul du matériel  de surveillance sera endommagé.

C’est alors qu’ils venaient de quitter les lieux, que nos deux comparses, Neveu  tenant le marteau à la main, seront repérés par une patrouille de police, qui apercevant  l’outil dans la main de M. Neveu les interpellera .

Entendus, les deux malfaiteurs Pieds Nickelés, ne feront pas de vraies difficultés, pour reconnaître leur participation. Lecerf avouant les  tentatives de vol, Neveu ayant fait pendant ce temps, principalement le guet.

Car ils n’avaient pas laissé de traces papillaires dans la mesure où  au cours de l’après-midi précédant ces faits, Lecerf dit avoir été agressé par un clown qui l’aurait blessé à la jambe. Transporté à la clinique du Parc, il en aurait profité pour voler des gants en latex.

A l’audience, a été évoquée, en présence de la victime,  une autre affaire, remontant à l’année 2012. Lecerf a été identifié à partir de son ADN comme étant l’auteur d’un cambriolage  chez Copycaen dans le bas du Gaillon. Là encore les dégâts étaient bien plus importants que le fond de caisse emmené.

Hier le propriétaire de ce magasin était donc présent. car comme par hasard, son magasin a été revisité la même nuit que celle des faits reprochés aux deux voleurs. Mais niés par l’un et l’autre. Appelé à la barre cet homme s’est adressé à M.Neveu en lui proposant  dès qu’il serait dehors de venir le voir  afin d’envisager,  chez lui,   où dans son réseau de connaissance, un emploi.

Au nom de la société, Mme Catherine Denis, procureur de la république a demandé   contre M.Lecerf” qui n’est inséré que dans la délinquance et est rebelle aux soins psychiatriques qui semblent nécessaires à son encontre”, une peine de 2 ans plus révocation de sursis mise à l’épreuve. A l’encontre de M. Neveu “qui est sorti de prison le 3 octobre”, elle a souhaité  une peine de 18 mois fermes.

Pour la défense de ce dernier, Me Magali Barbeaux  a rappelé quece jeune a été placé dès l’âge de 5 ans, et qu’il n’a personne pour le soutenir. Sa soeur est aussi SDF. Dans ce dossier , il n’a fait que le guet. Comme la victime présente lui propose de l’aider laissez lui une chance en accordant un sursis mise à l’épreuve”.

Défenseur de M. Lecerf, Me Delavaquerie a relevé que le casier chargé de son client était composé à 98 %  de condamnations pour vols. il a commencé à voler pour se faire bien voir de son père  qui l’a toujours rejeté,  en lui ramenant de l’argent, avec l’espoir de récupérer un peu d’affection . Il a un CAP de boulangerie,  est sous curatelle et va binetôt être papa. Quant à ses problèmes de mémoire, ils sont réels suite notamment à une grave accident.

Après délibéré, le tribunal a condamné M. Lecerf à 18 mois de prison plus 16 mois correspondants à la révocation d’un sursis mise à l’épreuve . M. Neveu   est condamné à 1é mois dont 6 mois en sursis mise à l’épreuve. il a demandé  au patron de Copycaen son adresse, pour le contacter à sa sortie


06 Nov 2014

Caen Exposition Gilgogué chez Cadres et Passions

Category: Agglomération de Caen,Département,Vie caennaise,Vie culturelle et loisirsGérard - votre Editeur @ 12:17

image


05 Nov 2014

Projection de "Lore" suivie d’une rencontre en partenariat avec le Mémorial de Caen

Category: Vie caennaise,Vie culturelle et loisirsGérard - votre Editeur @ 23:24

Jeudi 6 novembre à 20h

unnamed (35)

En partenariat avec le Mémorial de Caen dans le cadre de "Mémoriales", le Café des images vous propose de découvrir le film

unnamed (36)

Lore
de Cate Shortland
2013 / GB., Australie, All. / 1h48 / VO. s-t/fr.
Avec Saskia Rosendahl, Kai Malina, Ursina Lardi, Hans-Jochen Wagner

Allemagne, printemps 1945, le Troisième Reich est tombé. Cinq enfants livrés à eux-mêmes doivent traverser l’Allemagne en ruine pour retrouver leur grand-mère. Leurs parents, un dignitaire nazi et son épouse dévouée au Führer ont été arrêtés et faits prisonniers par les Alliés. Lore, 15 ans, est l’aînée de la fratrie et va devoir guider ses petits frères et soeurs de la Bavière à la mer du Nord. Au cours de ce voyage initiatique à travers une Allemagne dévastée, Lore prendra peu à peu conscience de l’ampleur des atrocités commises par le régime nazi. La jeune fille sera aussi confrontée à la rhétorique haineuse dans laquelle elle a été élevée, notamment lorsque son chemin croisera l’un de ceux qu’on lui a toujours appris à détester : Thomas, jeune juif rescapé d’un camp de concentration.

La projection sera suivie d’une intervention de Ralph Keysers, docteur en études germaniques et maître de conférences honoraire à l’Université de Pau. Il a écrit de nombreux ouvrages sur l’endoctrinement de la jeunesse allemande sous le Troisième Reich (disponibles aux éditions L’Harmattan).

Tarifs habituels.

Cette projection-débat est organisée dans le cadre des "Mémoriales", le rendez-vous annuel sur l’actualité de la Seconde Guerre mondiale qui se tiendra du 5 au 9 novembre 2014.

Plus d’informations sur www.memorial-caen.fr.


« Page précédentePage suivante »