Oct 30 2014

Des chefs aux fourneaux et des producteurs normands pour les “Journées Gourmandes” les 7 et 8 novembre

Tag: Economie locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 12:06

image

 

Les Journées Gourmandes s’invitent place Saint-Sauveur pour deux jours dédiés à la gastronomie normande, les 7 et 8 novembre. Cette opération proposée par la Ville de Caen et ses partenaires* a deux objectifs :

 

– valoriser les produits normands. Produits de la mer, viandes, spécialités laitières, fruits et légumes, produits cidricoles… Les producteurs normands feront (re)découvrir les saveurs authentiques du terroir.

– donner goût à la grande cuisine. Les chefs caennais proposeront de nombreuses démonstrations culinaires et feront déguster leurs créations sur place.

 

À l’occasion de cette 2e édition des Journées Gourmandes, les trois chefs étoilés au Michelin de Caen, Anthony Caillot (À Contre Sens), Stéphane Carbone (Stéphane Carbone Restaurant – Incognito) et Ivan Vautier (IV) feront équipe avec une quinzaine d’autres chefs caennais, et un chef de Ouistreham Riva Bella, pour préparer des en-cas, à manger sur le pouce. Ces chefs prestigieux concocteront des portions de « street food » à la normande, au prix unique de 2 €. Une façon gastronomique de casser la croûte, à la portée de tous les gourmands.

imageimage

imageimage

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Pour Véronique Debelle, maire adjointe chargée du Commerce, de l’animation commerciale, de l’artisanat et des professions libérales, “cette manifestation  qui est un beau projet,   initié l’an dernier, contribue à redynamiser le centre-ville, sur la belle place Saint Sauveur et alentours.Cela rentre dans une action valorisante pour les commerces de la ville  C’est aussi une opportunité pour les visiteurs de découvrir la gastronomie normande,ainsi que pour les caennais  d’approcher  d’autres façons de mettre en valeur les produits de notre belle région. L’an dernier  environ 6000 visiteurs avaient  dégusté  quelques 6900 portions”.

 

 

Au programme :

 

À partir de 9 h 30, les chefs se succèderont pour présenter des recettes adaptées aux différents horaires de la journée.

 

• Brunch de 9 h 30 à 12 h 00 • Déjeuner de 12 h 00 à 15 h 00 • Goûter et Tea-Time de 15 h 00 à 17 h 00 Apéritif dînatoire de 17 h 00 à 20 h 30.

 

Toute la journée : cours de cuisine du chef Cyrille Berland, des Toques Rebelles, avec la participation du public ; bar cidricole animé par les producteurs locaux ; dégustations de spécialités normandes dans les bars et restaurants de la place Saint-Sauveur…

 

*Région Basse-Normandie, CCI Caen Normandie, Les Vitrines de Caen, CA de Normandie, Lycée François Rabelais, Gif, tecnorest, académie de cuisine "les toques rebelles", Normandie fraîcheur mer, Association des AOP Livarot-Pont l’Evêque-Camembert de Normandie, la normande, GAB 14 – agriculture biologique, IRQUA de Normandie, France Bleu Basse-Normandie.

image 


Oct 28 2014

Un drakkar pour la French Tech caennaise !

Tag: Caen-agglo,Economie locale,Société,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 12:55

Mercredi 22 octobre 2014, dans le cadre de CAEN FRENCH TECH FESTIVAL (ou Nördik
Numérik), Caen la mer et ses partenaires ont présenté officiellement le nouveau logo
et annoncé le lancement du comité de soutien à la « Caen French Tech ».

image

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 22 octobre 2014, dans le cadre du French Tech Day organisé à l’Ecole Supérieure
d’Art et Médias de Caen-Cherbourg (ésam CC), La Caen French Tech a dévoilé son image,
ses supports de communication et lancé officiellement son Comité de soutien.
Etaient présents à cette occasion Joël Bruneau, Président de la Communauté
d’Agglomération de Caen la Mer et Maire de Caen, Michel Collin, Président de la Chambre
de Commerce et d’Industrie Caen Normandie, Cédric Morel, Directeur opérationnel du Pôle
TES, Franck Murray, Directeur Général d’IPDIA et Président de Relais d’Sciences, Guillaume
Lemoine, Marketing Business Line Manager de la société FIME et Marc Houssaye, Fondateur
et Directeur de l’agence MH Communication.
Déjà plus de 500 soutiens pour la Caen French Tech et un drakkar !
Caen la mer a opté pour un logo original en accord avec ses valeurs : le drakkar. Symbole
du peuple viking et des racines de la Normandie, cette image révèle l’esprit de conquête et
le dynamisme du territoire.
Cette journée a également été l’occasion de présenter le site internet de la Caen French
Tech (www.caenfrenchtech.fr) et d’annoncer le lancement officiel du Comité de soutien
grand public qui réunit déjà plus de 500 personnes.
Un territoire mobilisé
Pour intégrer la dynamique French Tech, les équipes de l’agglomération travaillent avec de
nombreux acteurs engagés dans l’économie numérique locale : Normandie Incubation, le
pôle Transactions Electroniques Sécurisés (TES), la Miriade, le Club TIC, Normandy
Microelectronics Association (NMA), Relais d’sciences, l’Université de Caen, la Chambre de
Commerce et d’Industrie de Caen Normandie, Caen Métropole, la Région Basse-Normandie
et les services de l’Etat (DIRECCTE).
27/10/2014
Déjà labellisée « Territoire leader des services sans contact » puis comme « Ville numérique »,
l’agglomération est riche d’un écosystème solide et performant autour, notamment, des
transactions électroniques sécurisées.
Elle réunit de réels atouts pour encourager la création et le développement d’entreprises
innovantes à forte croissance :
• Des équipements de recherche, publique et privée, de renom ;
• Une offre d’enseignement supérieur ayant intégré les compétences à développer et
les recherches à mener ;
• Des structures dynamiques et performantes d’accompagnement de jeunes
entreprises, dont le Forum Digital qui vient de rejoindre le réseau national des
« cantines numériques » ;
• Une focalisation sur le développement des usages, avec notamment :
o un laboratoire vivant de tests en grandeur nature des usages numériques, le
« Normandy Living Lab » ;
o un laboratoire de fabrication ouvert au public (FabLab);
o mais aussi de nombreux services innovants accessibles au quotidien :
billettique transports, paiement, etc …
• Un tissu économique prolifique en termes d’innovations représentant plus de 600
entreprises et 2 700 emplois sur le tout le bassin économique caennais ;
• Une combinaison parfaite d’équipements clés, destinés à favoriser et stimuler
l’entrepreneuriat, qui confère un atout de taille pour la candidature de Caen la mer :
incubateurs, pépinières, hôtels d’entreprises, future Maison de la Recherche et de
l’Imagination – véritable « Cité des Sciences » orientée innovation et à rayonnement
national, projet d’accélérateur destiné aux start-up …
A propos de la French tech
La French Tech est une initiative lancée par le Ministère du Redressement Productif, de l’Economie et
du Numérique, pour favoriser la croissance et le rayonnement de l’écosystème numérique
français, c’est-à-dire tous les talents qui éclosent et se développent dans l’univers du numérique.
L’objectif de l’initiative French Tech est de permettre à la France d’occuper une place incontournable
sur la carte du monde des principales nations numériques

.


Oct 23 2014

L’APCMA craint un coup d’arrêt de la transmission des entreprises artisanales

Tag: Economie locale,Social,SociétéGérard - votre Editeur @ 9:34

22 octobre 2014

image

L’APCMA a signé, avec la totalité des organisations représentant les entreprises, une lettre adressée au ministre de l’Economie demandant de sursoir à la parution des décrets portant sur la Loi d’Economie Sociale et Solidaire, dite loi Hamon. Le projet de décret aux articles 19 et 20, ne reposant pas sur des bases juridiques stabilisées, entraîne le risque de la paralysie des opérations de transmission à compter de sa parution le 1er novembre prochain.

Ces dispositions ne tiennent pas compte de la réalité des démarches nécessaires à la cession d’une entreprise. En établissant un délai obligatoire entre la conclusion de la vente et la notification aux salariés de la volonté de céder de l’entreprise, le législateur introduit une nouvelle complexité à l’inverse des annonces de simplification pour les entreprises portées par ailleurs par le gouvernement.

Le texte souffre de la disparité entre les notions d’intention de vente et de vente certaine et, de ce fait, n’établit pas clairement le moment à partir duquel court la notion de délai de deux mois minimum, date à laquelle les salariés doivent être avertis, avant la signature de la vente. L’introduction de sanctions financières importantes, voire la menace d’annulation si le processus de cession était jugé non conforme aux dispositions juridiques très complexes, vont faire peser sur les transactions une instabilité juridique.

Une meilleure connaissance de l’entreprise et des opérations de cession aurait conduit à comprendre que la cession d’une entreprise entraîne, si elle est connue trop tôt, une période économiquement périlleuse vis-à-vis de la clientèle et pour les salariés eux-mêmes.

Dès la préparation de la loi, l’APCMA et les chambres de métiers et de l’artisanat avaient déploré le refus de prendre en considération la réalité du fonctionnement des entreprises artisanales. Basées sur le capital humain et leur savoir-faire, les entreprises artisanales sont à 30 % reprises par l‘un des salariés. Les décrets actuels font entrer les entreprises artisanales à céder dans l’insécurité juridique et économique.


Oct 22 2014

Lancement du plan de mobilisation pour le développement de l’apprentissage

Tag: Département,Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 22:14

P1060003

Jean Charbonniaud, préfet de la région Basse-Normandie, préfet du Calvados et Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-Normandie,

a  visité lundi  l’entreprise SA SAIRC Outillages à Soliers


Oct 22 2014

Demand Side Instruments à l’honneur

Tag: Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 9:48

image

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image


Oct 22 2014

Demand Side Instruments à l’honneur

Tag: Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 9:48

image

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image


Oct 20 2014

Lancement du plan national « textiles techniques et intelligents » en Basse‐Normandie

Tag: Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 22:27

mardi 21 octobre 2014  à Colombelles


En 2013 le gouvernement a annoncé le lancement des 34 plans de reconquête de la nouvelle
France industrielle dont l’un est dédié aux « textiles techniques et intelligents ». Ce dernier fait
partie des priorités économiques retenues par la Basse‐Normandie.
L’industrie textile bas‐normande, basée sur la qualité et la tradition lui permet d’être présente sur
les marchés du luxe et du haut de gamme. Aujourd’hui, les acteurs économiques locaux souhaitent
aller au‐delà du textile traditionnel pour se diriger vers les nouveaux usages : les textiles
techniques, les textiles intelligents, les textiles à forte valeur ajoutée.
En présence de Jean Charbonniaud, préfet de la région Basse‐Normandie, préfet du Calvados et
du représentant de Laurent Beauvais, Président de la Région Basse‐Normandie et Président de la
Miriade, Yves DUBIEF, Président de l’Union des industries textiles (UIT), et chef de projet
national du plan textile, présentera la feuille de route du plan « textiles techniques et intelligents »
lors de la manifestation normande du plan textile qui se tiendra pendant la quinzaine de
l’innovation,
le mardi 21 octobre 2014 de 14h à 17h à l’amphithéâtre de la MIRIADE,
campus EFFISCIENCE, à Colombelles
Les services de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du
travail et de l’emploi (DIRECCTE) de Basse‐Normandie, et la Miriade, agence de développement
économique et d’innovation de la Région Basse‐Normandie,   se sont   associés pour développer
cette filière d’avenir sur le territoire régional.
Premier plan national présenté en Basse‐Normandie, le plan textile « textiles techniques et
intelligents » marquera un tournant pour cette politique économique autant sur le plan local que
sur le plan national.

L’innovation, l’ouverture à l’international et la montée en gamme sont les trois axes forts
nécessaires au développement économique de cette filière.
Ainsi l’objet de la manifestation sera de :
 mobiliser et valoriser les entreprises du textile, tous secteurs confondus,
 montrer les opportunités à saisir, les pistes d’actions pour renforcer l’innovation,
 initier des partenariats,
 mettre l’accent sur les trois axes de développement de la région : innovation, montée en
gamme et internationalisation


Oct 20 2014

ProfessionsBois – Le club OUI AU BOIS se réunit jeudi 30 octobre au Mont-Saint-Michel

Tag: Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 10:39

LE CLUB [OUI AU BOIS] EN BASSE NORMANDIE: DES PROFESSIONNELS CONVAINCUS SE REUNISSENT POUR DIRE OUI AU BOIS !
Bois.com a lancé en octobre 2013 le Club [OUI AU BOIS], le 1er réseau social dédié aux professionnels qui ont fait le choix du bois dans un projet de construction ou de rénovation : www.club-oui-au-bois.com. Le 30 octobre 2014 aura lieu, au Mont-Saint-Michel, la première rencontre du Club en région Basse Normandie, une rencontre professionnelle autour de la thématique « Oui à la valorisation du patrimoine grâce au bois ».
Le Club [OUI AU BOIS] : Près de 500 membres en France pour dire OUI AU BOIS
Valoriser le choix du bois dans la construction et la rénovation, convaincre les professionnels de toute la pertinence du matériau, tels sont les raisons d’être du Club [OUI AU BOIS].
Le Club s’adresse à tous les porteurs de projets (élus, bailleurs sociaux, promoteurs, chefs d’entreprises, dirigeants d’institutions publiques, architectes, bureaux d’études…) et leur permet de découvrir des projets bois exemplaires, de partager les retours d’expériences, les raisons qui motivent le choix du bois dans des contextes très différents, et d’entrer en relation.
L’évènement du 30 octobre, 1ère Rencontre du Club en région Basse-Normandie Bois.com et l’interprofession régionale ProfessionsBois proposent aux membres du Club [OUI AU BOIS] de participer à une conférence ayant pour thème « Oui à la valorisation du patrimoine grâce au bois ».
Différents professionnels (maître d’ouvrage, architecte, maître d’oeuvre, membres du Club, représentants de la filière bois – Laurent Denormandie / Président de FBF – Christian Piquet / Président de ProfessionsBois) viendront prendre la parole sur le thème de la valorisation du patrimoine grâce au bois et faire part de leurs premiers retours d’expérience. Cet échange sera suivi de la visite du nouveau Pont-Passerelle du Mont-Saint-Michel.
A propos de bois.com
Le site www.bois.com est destiné à informer sur le bois et ses usages, plus particulièrement dans la construction, la rénovation et l’aménagement de l’habitat. Il est animé par le Comité National pour le Développement du Bois (CNDB), soutenu par le Comité professionnel de développement des industries françaises de l’ameublement et du bois (CODIFAB), et Swedish Wood.


Oct 19 2014

Conjoncture 3e trimestre 2014 de l’artisanat du bâtiment

Tag: Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 18:29

image002 (2)

Le 3ème trimestre confirme l’enracinement de la crise  et préfigure un recul d’activité entre -1,5 % et -2%
pour l’année 2014
Nouveau coup d’arrêt pour l’activité de l’artisanat du bâtiment : elle recule de 2% en volume au 3e
trimestre 2014, entérinant une baisse continue depuis deux ans et demi, soit 10 trimestres
consécutifs. Au final, l’année 2014 enregistrerait néanmoins une baisse mais moins brutale qu’en
2013 (3%), avec un recul estimé entre – 1,5% et – 2%.
Dans un contexte où le nombre de logements mis en chantier aura atteint son niveau le plus bas
depuis 15 ans (303 000 logements fin août 2014) et où les carnets de commande sont en baisse, les
entreprises artisanales attendent impatiemment la mise en œuvre des mesures de relances
annoncées par le Gouvernement dont les effets ne devraient être effectifs que dans plusieurs mois.
-2% au 3 e trimestre 2014 : tous les indicateurs sont au rouge
Au 3e trimestre 2014, l‘activité des artisans du bâtiment recule de 2% y compris en Basse Normandie. Elle est tirée
vers le bas par la contraction du neuf, qui affiche -4% en volume par rapport au même trimestre de l’année
précédente, déjà en recul de – 6%. L’activité entretien rénovation enregistre pour sa part une moindre baisse de –
0,5%, après une croissance nulle au trimestre précédent. Fait nouveau, même le volume des travaux
d’Amélioration de la Performance Energétique des Logements est impacté avec un recul – 0,5%, après plus de
quatre ans de progression ininterrompue. A noter que les entreprises de moins de 10 salariés sont les plus
impactées par la baisse d’activité (-2%, contre -1,5 % pour les entreprises de 10 à 20 salariés).
Ces mauvais résultats préfigurent une année 2014 dans le rouge : les prévisions annoncent un volume d’activité
global en recul entre -1,5 à -2%, avec -3% à – 4% pour le neuf et entre -0,5 et 0 % pour l’entretien-rénovation.
Entretien-rénovation, neuf et même travaux d’amélioration à la performance énergétique des
logements (APEL)… tous les secteurs sont touchés !

Le neuf en berne – A la fin août 2014, on totalise seulement 303 000 logements neufs commencés (en cumul sur 12
mois), soit une baisse de -11,6% sur un an. Les mises en chantier de logements individuels demeurent
particulièrement touchées, avec une baisse de – 18,3% et s’établissent à 96 602 sur 12 mois cumulés. En revanche,
le nombre de permis de construire est en augmentation sur les trois derniers mois écoulés, même s’il continue de
reculer sur 12 mois cumulés (-13,9%). En Basse Normandie, les autorisations de permis de construire sont en baisse
constante de Février 2013 à Juin 2014.
L’entretien-rénovation fragilisé – L’activité en entretien-rénovation enregistre une légère baisse de 0,5% après
une croissance nulle au trimestre précédent. Ce secteur est fragilisé par la baisse du volume de travaux de
performance énergétique (-0,5%). A noter que le montant global des crédits octroyés aux ménages recule de
nouveau de -1,4%, après trois trimestres de hausse.
Rénovation énergétique, entre prudence et attentisme – Les annonces successives de relance pour le secteur du
logement existant (renforcement du Crédit d’Impôt Transition Energétique-ex.CIDD, redynamisation de l’Eco-PTZ,…)
auront pu, paradoxalement, engendrer une certaine frilosité des ménages à engager des travaux dans l’attente de
la mise en place des mesures annoncées. Un attentisme qui se traduit par une baisse de -0,5% du volume des
travaux d’amélioration à la performance énergétique.

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trésorerie, carnets de commande, commandes publiques… panorama d’une activité en berne
 Une nouvelle détérioration des carnets de commandes : l’état des carnets de commandes des entreprises
artisanales reste préoccupant, avec 71 jours de travail en moyenne au 3e trimestre (contre 78 jours un an
plus tôt). La construction neuve est plus particulièrement affectée par cette dégradation, puisque 30%
des entreprises artisanales déclarent une baisse de leurs carnets de commandes, contre seulement 9% qui
déclarent une hausse.
 Des besoins de trésorerie qui demeurent : le 4e trimestre 2014 enregistre une nouvelle dégradation de la
trésorerie. 32% des professionnels font ainsi état d’une détérioration de leur trésorerie, contre seulement
6% qui déclarent une amélioration. En octobre 2014, le montant moyen des besoins de trésorerie de ces
entreprises est de 17 000 €. La hausse du délai de paiement des clients (pour 6% des entreprises) et des
défauts de paiement (pour 8% des entreprises) constituent les principaux facteurs de cette dégradation.
 L’ensemble des corps de métiers en recul : au 3e trimestre 2014, tous les corps d’état subissent un repli
d’activité compris entre –1,5% et –3% en volume. Les métiers de maçonnerie, couverture-plomberiechauffage
et électricité restent les plus concernés par la diminution des mises en chantiers alors que la
baisse d’activité est de moindre ampleur pour les entreprises intervenant sur les travaux de finition.
 Toutes les régions impactées : Au 3e trimestre 2014, l’activité enregistre un nouveau recul dans
l’ensemble des régions, excepté dans l’Ouest. De la même manière, le renouvellement des carnets de
commandes est maussade sur l’ensemble de l’hexagone, et plus particulièrement en régions Est et Sud-Est.
 Budget des collectivités territoriales en baisse : suite aux élections, le gel des dotations de l’Etat laisse
leur empreinte sur les budgets des collectivités territoriales. Conséquence directe : la baisse continue du
nombre d’entreprises déclarant travailler pour les collectivités locales (24 % contre 36 % au même
trimestre de l’année précédente).

Prévisions pour l’année 2014 :
Prévisions de l’activité dans l’ARTISANAT du bâtiment en 2014 :
 [– 1,5 % ; – 2%] en volume
 [- 3 % ; -4 %] dans le neuf
 [-0,5% ;0 % ] dans l’entretien-rénovation
 [+ 1,5 ; + 2 %] travaux d’APEL (Amélioration de la Performance Energétique du Logement).
Emploi dans l’ARTISANAT du bâtiment :
 Estimation de perte de 3000 à 4 000 emplois pour l’artisanat du bâtiment (8 000 emplois menacés dans
le bâtiment).
Pour rappel : – 10 000 emplois en 2012 et 15 000 emplois en 2013
Prévisions pour l’année 2015 :
Prévisions de l’activité dans l’ARTISANAT du bâtiment en 2015 :
 [– 0,5 % ; + 0 %] en volume
 [- 1 % ; – 2 %] dans le neuf
 [+ 0,5 % ; + 1 %] dans l’entretien-rénovation
1 Source : CAPEB – I+C, taux de croissance par rapport au même trimestre de l’année précédente

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

À propos de la CAPEB :
La CAPEB, Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, est le syndicat patronal représentant l’artisanat* du bâtiment
(www.capeb.fr) lequel dénombre :
– 380 000 entreprises employant moins de 20 salariés, soit 98 % des entreprises du bâtiment
– 992 000 actifs, soit 67 % des actifs du bâtiment
– et 80 000 apprentis, soit 81 % des apprentis du bâtiment lesquels réalisent :
– 77 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 63 % du CA du bâtiment,
– 1,63 milliard d’euros d’investissements, soit 61 % des investissements du bâtiment
* Une entreprise artisanale est une entreprise de moins de 10 salariés à sa création et exerçant une activité décrite dans la loi 96-603 du 5 juillet
1996 et répondant aux critères de qualifications professionnelles décrits dans le décret 98-247 du 2 avril 1998.


Oct 19 2014

Le préfet de région sur le terrain

Tag: Economie locale,SociétéGérard - votre Editeur @ 18:15

A l’occasion du lancement du plan de mobilisation pour le développement de
l’apprentissage, Jean Charbonniaud, Préfet de la région Basse-Normandie,
Préfet du Calvados et Laurent Beauvais, Président de la Région Basse-
Normandie,  visiteront  l’entreprise SA SAIRC- Outillages :
le lundi 20 octobre à 11 heures 30
ZA rue Augustin Riffault
à Soliers

Jean Charbonniaud, préfet de la région Basse-Normandie, préfet du Calvados visitera l’entreprise FILT

le lundi 20 octobre 2014 à 15 heures au 55 rue Maréchal Gallieni à Caen

FILT, une entreprise caennaise de 16 salariés, spécialisée dans la fabrication de filet, voit le jour au
19ème siècle dans la plaine de Caen. C’est grâce à son savoir‐faire et à son ambition que FILT réalise,
avec soin, des filets techniques et diversifiés dont 50 % sont destinés à l’export.
Dirigée par Jean‐Philippe et Catherine Cousin l’entreprise valorise la fabrication de filets « made
in France » en associant mode, vintage et haute technicité.
FILT investit, recherche, innove, se forme, et évolue sans cesse, dans le but de continuer à être
compétitif, dans le respect de l’environnement et des hommes. Elle a ainsi proposé un filet anti feu
pour gants de pompiers, un hamac camouflage pour l’armée, des tresses bio, un filet technique
utilisé pour la filtration des bactéries pour une station d’épuration modulaire…
Implantée au beau milieu d’une zone résidentielle, FILT est connue sur les 5 continents et exporte
dans 25 pays. Lauréate des trophées de l’INPI en 2010 et représentant les jeunes entrepreneurs au
G20 de 2011, FILT fait partie de ce qu’on peut qualifier de « champions cachés ».
Sur ses marchés, FILT est confrontée à une concurrence mondiale. Avec le succès de son filet porte
bébé, FILT a su conquérir les marchés japonais et coréens. Ses produits, en adéquation avec la
culture locale, font de FILT un ambassadeur pour le made in France.


« Page précédentePage suivante »