Sep 04 2014

Caen la mer avec COBANOR TRITEX pour le développement de la collecte des textiles usagés

Tag: Faits diversGérard - votre Editeur @ 13:35

COBANOR TRITEX, soutenu par Caen la mer, va inaugurer
ses premières bornes de collecte de textiles usagés, sur le domaine privé,
jeudi 4 septembre 2014, à 9h, au Centre Commercial Côte de Nacre.

image

Un dispositif qui complète les 118 conteneurs déjà implantés par l’agglomération.
COBANOR TRITEX (COllectif BAs-NORmand de Tri des TEXtiles) regroupe, depuis février 2008, plusieurs dizaines d’associations bas-normandes, largement impliquées dans le champ de l’économie sociale et solidaire comme de l’insertion professionnelle.
Ce collectif a lancé au niveau régional (à Carpiquet), en 2010 et avec le soutien financier de l’agglomération (45 000 €), une plate-forme de tri pour les textiles usagés issus des collectes pratiquées par les associations et par Caen la mer, qui a implanté118 bornes (463 tonnes collectées en 2013).
Pour compléter le dispositif de l’agglomération, à l’occasion de la 2ème édition du Shopping Recycling, COBANOR TRITEX implante aujourd’hui ses premières bornes de collecte sur le domaine privé, au Centre commercial Côte de Nacre.
Du 3 au 6 septembre 2014 :
COBANOR TRITEX est le partenaire principal
de l’Opération Shopping Recycling
> Vider ses placards, un geste éco-citoyen
Pour la deuxième année consécutive, le Centre Commercial Côte de Nacre conduit l’opération Shopping Recycling du mercredi 3 septembre au samedi 6 septembre 2014.
Le principe est simple : le public est invité à déposer ses textiles usagés ou TLC (Textiles d’habillement, Linges de maison et Chaussures) directement sur le stand Shopping Recycling qui sera tenu par le collectif COBANOR TRITEX et ses associations membres.
Chaque don sera pesé par une hôtesse qui remettra en échange un ou plusieurs tickets jeu permettant aux visiteurs de remporter des bons d’achat, des lots ou des offres commerciales.
> Jeudi 4 septembre : Inauguration des premières bornes sur le domaine privé.
COBANOR TRITEX a souhaité étendre ses points de collecte sur le domaine privé.
Le Centre Commercial Côte de Nacre accueillera donc sur son parking 3 nouvelles bornes de collecte :
– une 1ère positionnée sur le parking entrée 1 (côté CHU avenue de la côte de nacre),
– une 2ème sur le parking entrée 2 en face du magasin Feu Vert (boulevard Maréchal Juin),
– une 3ème sur le parking entrée 3 (rue Colbert).

Caen la mer soutient le développement de la filière
> Rôle et compétences de Caen la mer.
Caen la mer exerce depuis le 1er janvier 2004 la compétence "collecte et traitement des déchets ménagers" sur l’ensemble de son territoire. Au titre de cette compétence, l’agglomération a contribué à favoriser la collecte des textiles usagés en participant à la détermination des sites d’implantation des points d’apports volontaire, en accord avec les communes. 118 bornes sont implantées à ce jour dans l’agglomération. Ce chiffre correspond au seuil défini par Eco-TLC : 1 point d’apport volontaire pour 2000 habitants.
> Le soutien de Caen la mer au développement de COBANOR TRITEX.
La création en 2010 de la plateforme de tri, associée à l’organisation de la collecte en apport volontaire pour alimenter cette plateforme, représente un projet durable et innovant.
Ce projet s’inscrit dans la démarche Agenda 21 menée par l’agglomération. Il allie les 3 fondements du Développement Durable :
> Environnement : tri, recyclage et recherche de nouvelles filières de traitement des textiles.
> Economie : 28 personnes en insertion et 10 salariés permanents au sein de la plateforme.
> Social : emploi en réinsertion, ventes à bas prix aux plus démunis, des dizaines de milliers d’euros redistribués en aides sociales via les réseaux caritatifs et humanitaires.
Caen la mer a donc soutenu financièrement le lancement du projet, au titre du développement économique : subvention exceptionnelle d’aide à l’investissement de 45 000 €.
> Le bilan 2013 de la collecte et du traitement des textiles.
Les tonnages de textiles collectés sur l’agglomération représentent 463 tonnes en 2013, soit une augmentation de 23% par rapport à l’année précédente (375 tonnes en 2012).
Les textiles sont triés manuellement, puis conditionnés et valorisés :
 66 % pour les friperies,
 33 % pour chiffon d’essuyage, effilochage,

moins de 1 % est "non valorisé".

Pour connaitre la localisation des bornes de textiles :
Consulter le site de Caen la mer, www.caenlamer.fr, rubrique déchets ménagers.


La filière de recyclage des textiles usagés :
qui est responsable, et qui paie ?
> Contexte réglementaire : la filière de Responsabilité Elargie du Producteur.
La réglementation actuelle impose une contribution textile aux "metteurs sur le marché" (décret n° 2008-602 du 25 juin 2008 -principe de pollueur payeur). Cette contribution est reversée aux acteurs du tri des textiles avec des objectifs de tri, de recyclage et d’insertion professionnelle ainsi qu’aux collectivités pour l’information aux usagers.
La contribution, payée par les consommateurs lors de l’achat, est reversée à Eco-TLC (éco-organisme de la filière textile) qui finance et organise la collecte et le recyclage des textiles.
> Cobanor Tritex : acteur de la récupération des textiles.
Le collectif bas-normand COBANOR TRITEX a créé en 2010, à Carpiquet, une plateforme de tri régionale des textiles issus des collectes.

Ses missions :
– mise à disposition de bornes d’apport volontaires réparties sur le territoire public bas-normand,
– collecte des textiles de seconde main, via les associations partenaires,
– tri dit "d’écrémage", pour alimenter les boutiques de la centaine d’associations membres oeuvrant pour l’insertion par l’activité économique, l’humanitaire et le caritatif.
– approvisionnement de la plateforme de tri COBANOR TRITEX à Carpiquet


Août 28 2014

Caen : Au Musée de Normandie

Tag: Faits diversGérard - votre Editeur @ 22:28

museedenormandie (1)


Août 04 2014

Caen : Incendie au local jeunes de la Pierre-Heuzé : la Ville mobilisée

Tag: Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 14:25

Le local jeunes de l’Association Mieux Vivre et Détente (AMVD) à la Pierre-Heuzé a été partiellement détruit lors d’un incendie survenu dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 août. Selon les premiers éléments de l’enquête, le départ du feu serait d’origine accidentelle. L’ensemble du bâtiment est pour le moment complètement hors d’usage puisque l’incendie s’est propagé à l’intérieur de celui-ci.

Dès l’annonce de cet incendie, les services d’astreinte de la Ville de Caen ont été mobilisés afin de mettre en sécurité les locaux et de trouver en urgence un nouveau local à l’AMVD. À partir de demain, mardi 5 août, grâce à une coopération étroite entre l’association et la Ville, les adolescents qui participent aux activités d’été proposées par l’AMVD seront accueillis à la salle municipale, place Champlain.

Si certaines activités ont dû être annulées ou délocalisées faute de matériel, la Ville a néanmoins prêté certains équipements à l’association qui a pu accueillir tous les jeunes dans de bonnes conditions et ainsi poursuivre ses activités sans interruption.

L’AMVD sera hébergée à la salle municipale jusqu’au 26 août, date de reprise des activités habituelles dans cette salle. Ce délai sera mis à profit pour étudier des solutions afin de proposer un autre local à l’association jusqu’à la clôture du programme d’activités d’été, le 30 août, puis à la reprise des activités habituelles à la rentrée.


Juil 26 2014

Caen : l’incendiaire de la rue Paul Gernez condamné à 4 ans ferme

Tag: Actualités Judiciaires,Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 11:22

Hier vendredi, le tribunal correctionnel de Caen a jugé suivant la procédure de comparution immédiate, un jeune homme de 34 ans,  autrefois bien connu des services judiciaires pour des affaires de drogue notamment,  lourdement soupçonné d’être l’auteur  d’un incendie volontaire qui dans la nuit du 24 au 25 juin dernier  a détruit un pavillon appartenant à Caen habitat , rue Paul Gernez,près du Chemin Vert, et gravement endommagé le pavillon mitoyen , ainsi qu’une voiture stationnée à proximité et un scooter. C’est d’ailleurs selon les constatations des enquêteurs de ce dernier engin que l’incendie s’était déclaré en pleine nuit. Le feu s’était propagé au pavillon occupé par  l’ex amie de celui qui a été jugé hier,  ainsi que deux enfants. Dans  le pavillon voisin où les flammes  s’étaient  invitées par les combles une dame âgée avait été secourue par les pompiers, réfugiée dans son jardin.

L’enquête a conduit les policiers caennais de la brigade criminelle à  interroger Samir Dif,  ancien champion de France de boxe , mais aussi ancien compagnon de la dame visée .

Où plus exactement  la nouvelle amie du garçon qui avait garé son scooter sur le trottoir devant le pavillon , de la jeune maman, scooter  qui a été volontairement enflammé par l’auteur des faits.  Ensuite le feu s’est propagé autour, sans que ce soit la volonté de l’auteur. Les dégâts sont conséquents puisqu’estimés par Caen Habitat à  plus de 300 000 euros. Une cinquantaine de personnes avaient dû être évacuées et six relogées.

L’interpellation du mis en cause ne s’est pas bien passée puisqu’il s’est rebellé et à injurié les forces de police.

Le tribunal  a condamné Samir Dif à quatre ans de prison ferme.

image


Juil 13 2014

Quatre ans de prison ferme pour un délinquant de 19 ans

Tag: Actualités Judiciaires,Département,Faits diversGérard - votre Editeur @ 14:04

19 ans, 22 condamnations à son casier, et sorti de prison le 4 juin, Angelo est un véritable électron libre. qui  fait ce qu’il veut quand il le veut. Les règles de vie en société, il ignore.

Ainsi vendredi dernier l’a-ton revu devant la justice dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate, pour vol et violences volontaires contre agents de la force publique. Mercredi 9, il vole une voiture à Bayeux. Les gendarmes l’ayant repéré,  cherchent à l’interpeler. S’engage une course poursuite  folle qui conduit les représentants de l’ordre à interrompre cette recherche pour éviter que le voleur ne tue quelqu’un.

Jeudi matin, Angelo est repéré près de Lison alors qu’il s’amuse à faire des dérapages plus ou moins contrôlés. une nouvelle poursuite s’engage. Le jeune voyou s’engage dans un cul de sac et c’est alors qu’il  décide de foncer délibérément sur la voiture des gendarmes qui le  poursuivaient. A fond. Les deux gendarmes se trouvant dans la voiture choquée, seront présents à l’audience de comparution immédiate, porteurs de minerves,  avec une interruption de travail de 8 jours; L’une des gendarmes expliquera : il  a donné l’impression de jouer au chat et à la souris et rechercher la poursuite. J’ai ressenti le choc comme  un boulet de canon contre un mur.

une attitude de violence gratuite qui amènera le représentant du parquet, M. Triaulaire a demander une sanction d’au moins trois ans de prison.

Assurant la défense du prévenu, Me Grammagnac voit ce comportement  comme un appel au secours, une attitude suicidaire.

Après délibéré, Angelo  Scherrer  entend la sentence. Quatre ans de prison ferme.

Comme il a l’air de s’en moquer , un léger sourire à la commissure des lèvres, la présidente d’audience, Mme Dupuy s’en étonne. Et chien fou, le jeune homme de lui répondre :  j’ai fait des conneries , je vais payer. C’est pas parce que j’ai pris 4 ans que je vais pleurer. Mais dans 4 ans, je serai pire….


Juil 02 2014

Dans un délire alcoolique, il ouvre le bras de son père d’un coup de couteau . Un an de prison dont la moitié en ferme.

Tag: Actualités Judiciaires,Agglomération de Caen,Faits divers,SociétéGérard - votre Editeur @ 15:54

David Q. 38 ans, comparaissait ce jour, dans le cadre d’une comparution immédiate,  afin  de répondre de violences commises le  22 mai contre son père,  qui l’hébergeait depuis peu,  à Hérouville.

Ce soir là,  le prévenu n’ayant pas supporté que  son père refuse de lui prêter son téléphone pour pouvoir appeler ses deux filles, il s’énervait,  d’ autant plus vite qu’il affichait à son arrestation une alcoolémie de 2, 88 grammes d’alcool par litre de sang.

Dans son délire, David saisissait un couteau et en portait un coup violent sur l’avant bras de son père  lui faisant une entaille de 6 cms , laissant presqu’apparâitre l’os. 

David  est un homme sous curatelle renforcée,   bénéficiant de l’allocation Adulte handicapé depuis qu’il s’est jeté du troisième étage dans un acte suicidaire.

Me Frechet a rappelé le traumatisme de la victime qui souhaite que son fils soit soigné  et pas obligatoirement envoyé en prison mais qui  demande surtout  à être protégé par une interdiction au fils de rentrer en contact avec lui.

La représentante du parquet parle de scène  de violence surréaliste conséquence d’un abus d’alcool. Elle demande une sanction  qui sera suivie d’ailleurs de 1é mois de prison dont la moitié en sursis mise à l’épreuve durant trois ans. Obligation de soins contre l’alcool, obligation de rechercher un emploi et d’indemniser la  victime et l’assurance maladie qui réclame plus de 9 200 euros. iùnterdiction de contact avec son père et interdiciton de porter ou détenir une arme. enfin le maintien en détention est souhaité.

Pour la défense, Me Hélène Leblanc reconnait un conflit autour du téléphone. Elle rappelle que son client a été élevé dans un contexte constant de violences, le père , alors alcoolique,   s’en prenant à la mère mais aussi aux enfants.David a essayé de se suicider  après sa rupture d’avec la mère de ses enfants et perdu aussi son travail. Elle conclut  en constatant que son client relève surtout des soins. Mais après déléibéré, c’est le réquisitoire de la procureure qui sera suivi et le prévenu est détenu en détention.


Juil 01 2014

Honfleur : Un couple de touriste américains délesté d’une bague de grande valeur

Tag: Département,Faits diversGérard - votre Editeur @ 12:55

Quatre voyous manifestement bien renseignés ont agressé sauvagement samedi soir à Honfleur, un couple d’américains, qui  vers 22 h rentraient  à leur hôtel 5 étoiles. L’homme 86 ans, et sa compagne 67  ans …étaient venus dans notre région pour visiter les plages du Débarquement. L’homme a été gazé au lacrymogène  puis frappé au visage. La femme a été délestée  de sa bague  qui a été coupée par les  délinquants, au nombre de quatre,  qui se sont enfuis après leur forfait. Une bague estimée à 183 000 euros.

Signe particulier : les voyous avaient le visage protégé par des masques de Zorro. La police judiciaire s’est vu confer  l’enquête

 


Juil 01 2014

La rixe tourne au drame : un caennais décède

Tag: Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 12:44

Samedi après-midi, une jeune homme de 25 ans, boucher dans une grande surface des environs caennais est décédé au CHU des  suites d’une rixe dans laquelle il a été pris à partie alors qu’il intervenait pour essayer  d’arrêter  une bagarre naissante. La police qui dispose de vidéos,   enquête pour déterminer les circonstances exactes de  ce drame.Les faits se sont déroulés place Courtonne   à Caen,  à proximité d’une discothèque

La victime  aurait été  agressée par un  voyou, faisant partie d’un groupe de jeunes , énervés….  qui s’est déchaîné contre elle, lui assénant deux coups dont un l’a projeté au sol, sol sur lequel il s’est fracassé la tête. Un témoin important est activement recherché par les enquêteurs. L’auteur des coups pourrait être mis en examen pour violences volontaires, en réunion, ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Et être juger par la cour d’assises du Calvados.


Juin 26 2014

Incendie d’un pavillon occupé dans le quartier du Chemin Vert

Tag: Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 15:23

image

La police a ouvert une enquête après l’incendie qui dans  dans la nuit de mardi à mercredi  a détruit un pavillon situé a 33 de la rue Paul Gernez, juste en face de l’école qui porte le même nom. Trois personnes se trouvaient à l’intérieur. La locataire depuis une cinquantaine d’années, , Mme Sophia Bedar,  et deux enfants. Heureusement personne n’a été brûlé ni blessé.

Il y a enquête car il semble bien que l’incendie ait visé au départ, un scooter  garé devant le domicile, mais  située à  sept ou huit mètres de là, devant un autre pavillon, une voiture a aussi brûlé. Ce qui fait inévitablement penser à un acte volontaire. Une voisine chez laquelle le feu s’était invité par l’intermédiaire des combles  s’est d’abord  réfugiée dans son jardin, d’où elle a été  sortie par les sapeurs pompiers de Caen, venus à une vingtaine pour circonscrire cet incendie. GDF a coupé le gaz dans le secteur  car le coffret extérieur  correspondant au gaz devant le pavillon s’était enflammé. plus de 330 clients ont donc été privé de gaz durant l’intervention des sapeurs pompiers. Six personnes ont été relogées à la suite de ce sinistre.

image


Juin 24 2014

“Papy” importait illégalement du tabac belge. Le trafic aurait porté sur plus de 150 000 euros

Tag: Actualités Judiciaires,Département,Faits divers,RégionGérard - votre Editeur @ 21:18

Procès inhabituel la semaine dernière au tribunal correctionnel de Caen qui avait à juger un septuagénaire pour trafic de cigarettes entre la Belgique et les environs de La Bigne, non loin de Jurques,  où il demeure avec une très jeune femme.

Jean Marie D. 75 ans, surnommé Papy,   s’est présenté soutenu par deux cannes anglaises et  semblant mal entendre. Sauf ce qui pouvait l’avantager. D’aide au trafic ou de consommation de cannabis. Car le septuagénaire avait accepté de  surveiller et entretenir des pieds de cannabis, pour des connaissances, dans la serre qu’il possède auprès de son poulailler.

La trafic de tabac a été découvert  suite à une dénonciation par l’un de ses chauffeurs. car il a dit des conneries sur moi a confirmé le jeune homme à l’audience. Ajoutant : il  avait toujours chez lui un fusil chargé, et près de lui car il a peur d’une agression. il fait pousser du cannabis dans une serre  dans on jardin, près du poulailler. Les gendarmes ont trouvé 24 pieds.

La dénonciation suivie d’une enquête minutieuse a permis d’établir que Jean Marie,   originaire du nord où réside encore toute sa famille, a travaillé dans une manufacture de tabac, en tant qu’employé handicapé après avoir sauté sur une mine pendant le conflit avec l’Algérie. Une de ses nièce  travaille chez un débitant de tabac belge. C’est par son intermédiaire qu’il avait commencé à  organiser ce trafic en 2007. Il allait régulièrement et généralement une fois par mois voir sa famille. Des voyages pour lesquels il se faisait co-voiturer ne possédant pas le permis. Pour remercier et dédommager ses chauffeurs, il leur offrait du tabac ou du chocolat. Et c’est ainsi que les prix du tabac devant exponentiels en France et moisn en Belgique, ses connaissances  et celles de ses chauffeurs ont commencé à la solliciter pour qu’il en ramène ou leur en envoie par collissimo.

Son dénonciateur affirmera  encore à la barre qu’à chaque fois qu’il l’avait accompagné,  l’homme était porteur de  sommes pouvant aller jusqu’à 15 000 euros pour ses achats. Commandés trois jours plus tôt à sa soeur, puis  acheté chez le patron de celle-ci, qui préparait environ une palette de  tabac sous diverses présentations. Une fois la marchandise dans  la voiture, elle était dissimulée sous des  colis de chocolat,  puis envoyée   en collissimo depuis   un bureau de  poste en Belgique avant de regagner  de Bray-Dunes, la commune la plus  au nord de la France, à la frontière belge, où il a des connaissances. Les gendarmes ont découvert à son domicile  81 preuves d’envoi de collissimo. Et du cannabis qui séchait dans son grenier.

Papy  n’est pas un inconnu des services de la justice, car  son casier affiche  neuf  condamnations  dont une importante,  pour attentats à la pudeur  avec violences et agressions sexuelles sur mineurs.  Il explique avoir fait ça plus par générosité que pour l’argent. Selon son dénonciateur encore il aurait fait ce trafic pendant au moins 10 ans et aurait gagné  tous frais payés de 200 à 250 euros par mois.

interrogé Papy répond : tous les mois ils avaient leur tabac gratuit. J’ai toute ma famille en Belgique. Je vais les voir régulièrement et je vais dans les cimetières. Vous savez, les ctis, on reste traditionnels. au départ, on m’a demandé du tabac, du chocolat. il est bon el chocolat belge. Vous savez, la première chose qu’on nous faisait fumer après un bombardement, c’était fumer une cigarette pour  pas attraper le tuberculose…..Quant aux 15 000 euros dont il parle, j’aurias bien voulu les  avoir. Quand j’avais 2 à 3000 euros c’était bien le maximum.

Ses auditions chez les gendarmes ont établi au moins 6 à 8 000 euros. Et l’un des chauffeurs raconte qu’une fois ils ont fait  l’aller et retour  le lendemain car il avait oublié une enveloppe sur le comptoir d’un bar dans laquelle il y avait 5 000 euros…

Suite à cette dénonciation et à l’enquête, les douanes lui ont infligé une amende douanière de 118 000 euros. Alors explique-t-il pour payer ses dettes plus rapidement il a recommencé. Et s’est fait prendre  en octobre 2013 avec 41 kgs de tabac dans la voiture. Expliquant :  depuis 2012, é date des mes ennuis, j’ai fait trois voyages. ….

Des douanes dont la représentante  a expliqué le préjudice pour l’Etat français,   avant de demander d’autres sanctions financières, non sans avoir rappelé que les services de la région nord ont découvert une palette de tabac qui attendait M. D. . Une quantité qui a été saisie. Et démontré qu’en  une cinquantaine de trajets, même si elle n’en retiendra que 34, le prévenu avait  acheté au moins pour 155 000 euros de tabac. Contre Jean Marie elle demande une sanction de 15 000 euros, et pour les chauffeurs des amendes allant de 500 à 4500 euros.

Le parquet a demandé pour les prévenus des sanctions financières  ajustées à leur moyens sachant que Papy rembourse actuellement 50 euros par mois et qu’il n’est pas prêt d’éteindre sa dette.

La sanction sera connu le  1 juillet.


« Page précédentePage suivante »