mai 08 2014

Assises du Calvados : un meurtre, un braquage et quatre affaires de viols….

Tag: Actualités Judiciaires,Département,Faits diversGérard - votre Editeur @ 20:55

A partir du lundi 12 mai et jusqu’à la fin du mois, la cour d’assises du Calvados va se réunir pour procéder, sous la présidence du conseiller Erik Tessereau, qui dorénavant va remplacer le conseiller Hervé Locu, parti vers d’autres destinées, afin de juger  six dossiers criminels.

Le 13 et 14   mai, la cour et les jurés devront juger un homme de 67 ans, M. Alain B.  médecin retraité,  assisté par Me Bernard Caratini, accusé d’avoir   commis des viols sur  son fils mineur.

Le 08 février 2010, un jeune homme déposait plainte auprès de la brigade  des mineurs et de protection de la famille de Caen. Il déclarait avoir subi  des violences sexuelles de la part de son père dès l’âge de 11 ans. 
Placé chez une nourrice peu après sa naissance, il avait été reconnu par  son père à l’âge de 8 ans et ne voyait sa mère qu’à l’occasion de son droit  de visite.  Le père nie les actes de sodomie,  mais reconnait les autres faits. A
ccusé de viol sur mineur de 15 ans par ascendant  et viol par ascendant  , l’accusé  encourt 20 ans de réclusion criminelle. La victime sera défendue par Me Monique  Leboulanger et le réquisitoire sera présenté par l’avocat général, Pascal Chaux.

- Les 14 et 15 mai, un individu de 54 ans, M. Marcel L., technicien de maintenance, assisté par Me Ceccaldi, devra répondre de viols et agressions sexuelles  sur mineur de moins de 15 ans par ascendant. On lui reproche d’avoir  abusé de sa fille  entre les âges de 1é à 17 ans, mais aussi  sur la fille de sa compagne.

L’accusé ne reconnaît qu’une partie des faits et estime que le nombre d’agressions est moins élevé que ce qu’on lui reproche.Me Besson, du barreau de Cherbourg assistera les victimes.

Le 8 février 2009, une jeune femme se présentait à la gendarmerie pour  révéler que l’une de ses amies lui avait confié avoir subi des violences  sexuelles de la part de son père.
 
Les enquêteurs entendaient la personne qui s’était confiée. Cette  dernière confirmait qu’elle avait subi des violences sexuelles dès l’âge de  12 ans jusqu’à ses 17 ans alors qu’elle était domiciliée chez son père.
 
Au cours de l’information, il était établi que le père avait également  agressé sexuellement la fille de sa compagne. Celle-ci ne se constituait  pas partie civile.
 
Le mis en cause reconnaissait progressivement les faits d’agressions et  violences sexuelles sur les deux jeunes filles. Toutefois il en contestait  certains aspects et en minorait le nombre. 
 
L’accusé encourt 20 ans de réclusion criminelle  et 150.000€ d’amende

 
 - Le lundi 19 mai,  un artisan âgé de 44 ans, M.  Benoît T.  devra répondre  devant la cour,  de vol avec arme. Le 16 octobre 2000, il aurait braqué la poste à Bretteville sur Odon. Il aurait été dénoncé  par son ex-épouse.il sera assisté par Me Sébastien Revel et les victimes  par Me Gourdet.

Le 16 octobre 2000, les gendarmes étaient appelés sur les lieux d’un vol  avec usage ou menace d’une arme commis à l’agence de la poste de  Bretteville-sur-Odon. Les constatations matérielles et les examens  scientifiques ne permettaient pas d’identifier l’auteur des faits. 
Le 6 avril 2009, l’ex-épouse de Benoît T.  le désignait comme  l’auteur des faits. Elle indiquait ne pas avoir été mise au courant de son  projet mais déclarait avoir été informée des faits après le braquage. 
Benoît T.  reconnaissait avoir commis le vol et indiquait que son  ex-épouse était au courant avant les faits. Aucun élément ne permettait toutefois de prouver l’implication de l’ex- épouse. 
L’accusé encourt 20 ans de réclusion criminelle et 150.000€ d’amende 

 
- Les mardi 20 et mercredi 21 mai, un homme de 59 ans, André G., sans profession, accusé de  viols commis sur un mineur en récidive légale  et assisté de Me Ophélie Minot, devra s’expliquer d’actes  commis sur un enfant handicapé  mental , âgé de 11 ans, et cela en récidive, pour avoir été  déjà été condamné par la cour d’assises des côtes d’Armor, en 1992, à 10 années de réclusion pour des viols par ascendant ou personne ayant autorité. C’est Me Sabrina Simao qui défendra les intérêts de la victime et sa famille.

Le 28 juin 2012, une femme portait plainte contre André G. , exposant que celui-ci avait été surpris par son fils en train d’embrasser les  fesses de son frère, déficient mental, âgé de 11 ans. 
Ce dernier confirmait ces faits et indiquait avoir subi d’autres violences  sexuelles de la part d’André G. , qu’il considérait comme son oncle. 
 
Le mis en cause reconnaissait les faits. Accusé de viols commis sur mineur de 15 ans en récidive  et d’agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité  sur la victime en récidive , l’accusé encourt la Perpétuité


- Jeudi 22 et vendredi 23,  un accusé, mineur au moment des faits ,originaire de Guyane, devra répondre du viol sous la menace d’une arme d’une employée du CHU, à l’aube du 1 er janvier 2O12. La victime  qui demeurait à La Pierre-Heuzé, se rendait à pied à son travail au CHU,  quand  à hauteur de la cité étudiante, elle a été sauvagement agressée et violemment frappée par un individu qui sous la menace d’une arme l’a violée  dans des bosquets avec une réelle sauvagerie. Ce jeune  qui était arrivé  en France, depuis peu, pour vivre chez sa soeur  résidant dans ce quartier a été interpellé quelques jours plus tard. L’enquête minutieuse du commissariat de Caen a permis d’établir qu’il serait l’auteur d’une  tentative de viol quelques tems plus tôt sur une étudiante américaine. Sa défense sera assurée par Me  Virginie Sutty et les victimes seront défendues par Me  Laurence Maunoury pour la dame violée et Me Véronique Malgorn pour l’étudiante étrangère.

- Enfin, cette deuxième session de la cour d’assises du Calvados pour l’année 2014,  se terminera par une affaire qui avait défrayé la chronique judiciaire lors des faits.

M.Naoufal LABBAKH , bientôt 36  ans,   et assisté par Me Claude Marand Gombar, sera invité à s’expliquer sur les raisons qui l’ont conduit le 9 décembre 2011, à mettre fin aux jours de sa belle-mère,  à Saint Omer, près de Clécy.

Le 9 décembre 2011, Etienne BROULT, rentrant à son domicileen fin de journée , trouvait le  corps de son épouse gisant dans la cuisine. Il constatait le vol d’un petit  coffre de sécurité situé dans une chambre à l’étage contenant environ  20 000€ en numéraire. 
Les investigations menées par les gendarmes  permettaient d’établir la difficulté financière de la  fille de M. et Mme Broult, Arielle, épouse LABBAKH(prénom d’emprunt) et de son mari, Naoufal LABBAKH.  Les époux étaient placés en garde à vue. 
Arielle LABBAKH était rapidement mise hors de cause alors que son mari  reconnaissait les faits. Il ajoutait être l’auteur de plusieurs autres vols  d’argent au  domicile des époux BROULT. En effet,  son beau père  Etienne, exerce la profession de magnétiseur dans une  ancienne chapelle lui appartenant à proximité immédiate de son domicile. Chaque jour , il se retirait dans sa chapelle où, il passait une partie de la journée  et y recevant  des clients venus le consulter, parfois de fort loin.

c’est pendant ce temps que l’accusé selon ses déclarations est entré dans la demeure de ses beaux parents  et qu’il a été surpris par sa belle mère alors qu’il venait de voler le petit coffre, récemment acheté suite à plusieurs disparitions d’argent liquide. pris de panique, l’homme  qui se disait avocat dans son pays d’origine, le Maroc,  mais vivait en HLM à La Grâce de Dieu,   a alors saisi une bûche avec laquelle il a assommé la vieille dame. La tuant.

Accusé de vol avec violence ayant entraîné la mort , l’accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité et 150.000€ d’amende.

Les intérêts de la famille seront défendus par Me Poussin pour la fille de la victime et  alors épouse de l’accusé  et Me de Brek pour le mari de la défunte. . 


mai 06 2014

Coups mortels rue de Bras

Tag: Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 8:48

Suspecté d’être l’auteur des coups mortels porté à un compagnon de boisson, un  caennais sans  profession domicilié rue de Bras , a été interpellé samedi  et  présenté à la justice hier qui a décidé de son placement  sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Caen. il a été mis en examen pour coups mortels et devrait être jugé par la cour d’assises du Calvados.

On lui reproche,  ce qu’il aurait d’ailleurs reconnu, d’avoir , lors de la soirée de vendredi dernier, porté des coups  violents à  un compagnon de boissons, dans l’appartement qu’il occupait rue de Bras à Caen,  non loin de la rue Saint Laurent. L’enquête devra déterminer les causes exactes de cette bagarre qui a mal tourné, mais une chose est certaine c’est que l’alcool , une fois encore est l’élément moteur de ce drame. C’est une connaissance de l’auteur des coups qui a alerté la police caennaise samedi vers 14 h 30, par un coup de téléphone. A leur arrivée, les policiers ont bien découvert dans l’appartement, le corps sans vie, d’un homme, porteur de nombreuses traces de coups violents . C’est l’auteur des coups qui avait prévenu  son copain qui a alerté les secours. La bagarre aurait eu lieu vers minuit sans que d’autres voisins soient alertés par les bruits. L’auteur était connu de la police pour plusieurs infractions de conduite sous l’emprise d’un état alcoolique.


avr 16 2014

Tentative d’homicide à Ifs

Tag: Agglomération de Caen,Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 18:19

 Une enquête est en cours à la brigade criminelle du commissariat de Caen,  pour  déterminer les circonstances exactes  d’une querelle d’ivrognes, qui s’est déroulée la nuit dernière dans un appartement situé rue de Bonn à ifs, et qui s’est soldée par une victime âgée de 47 ans qui a reçu 5 coups de couteau au moins.

Pour l’instant, difficile de démêler l’écheveau de ce dossier ,  vu l’état d’ébriété dans lequel les policiers ont trouvé les trois personnes concernées, mais il semble avec quasi certitude,   que la rixe entre les deux hommes se soit déroulée autour d’une absorption massive d’alcool, puisque l’auteur des coups qui ont été portés sur l’hôte de ce dernier   affichait peu après son interpellation dans  une rue voisine, un taux d’alcool de 2, 28 grammes par litre de sang.

Les faits. Police Secours a été appelée vers 0h 50 par une femme  de 44  ans,  manifestement    dans les vapeurs d’alcool, pour secourir son compagnon qui venait de chuter au sol  sous des coups de couteau portés  par leur invité. Un caennais SDF,  âgé de 30 ans.

La cause du désaccord entre les deux hommes?. On peut  douter  de la certitude des déclarations de chacun,puisqu’il tout le monde avait abusé de la dive bouteille . Le plus jeune,  a porté   5 coups de couteau à son adversaire qui l’avait hébergé. quatre  principalement au visage , mais sans extrême gravité. Le cinquième par contre  a été porté au flan et la lame s’est enfoncée assez profondément . La vie de la victime n’est pas en danger. Les auditions du suspect  ont commencé cet après-midi après dégrisement mais  son esprit semble embrumé.

Ce qui est actuellement qualifié de tentative d’homicide pourrait peut-être être correctionnalisé et  transformé en violences volontaires avec arme. ce qui de toutes façons conduira l’auteur des faits derrière les barreaux de la maison d’arrêt.


avr 16 2014

Caen : Casse à la voiture bélier , rue de Bernières

Tag: Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 17:48

Il était presque midi ce jour, quand un employé transporteur de fonds de la Brinks, qui s ‘apprêtait à remplir le DAB (distributeur de billets) de l’agence Société Générale rue de Bernières à Caen,   s’est soudain retrouvé face à trois individus au moins, dont l’un lui a intimé l’ordre de se coucher au sol  et de ne rien faire pour lui mettre des bâtons dans les roues.  L’équipée malfaisante était arrivée sur le trottoir avec une voiture  qui a foncé sur la porte du DAb, fracassant le bas de l’encadrement de ce distributeur.  Les trois voyous ont  donc volé sous la menace, mais semble-t-il sans exhiber d’arme,  les cassettes contenant de l’argent avant que les malfrats ne détalent avec la voiture qui a pris la direction de la place Courtonne.

C’est non loin de là qu’en  début d’après-midi, rue Richard Lenoir que la voiture signalée a été retrouvée et inspectée par les services d’investigations criminelle de la police Judiciaire à laquelle cette enquête a été confiée. Le principal  est que le convoyeur n’a pas été blessé. Il est   choqué. Quant aux cassettes  on ne sait si elles étaient équipées d’un système de destruction ou de marquage à l’encre des billets volés. En janvier  déjà la Société Générale basée à Hérouville,avait été braquée de la même façon, mais là les voyous étaient repartis sans butin , après avoir blessé le convoyeur. Ce qui avait énervé le maire d’Hérouville qui avait dit son courroux lors d’un point presse à la préfecture , du Calvados à propos des chiffres de la délinquance.

image image

On distingue encore sur la pierre éclatée, une trace de sang. …


avr 16 2014

Affaire Jouanneau : le père de Mathis renvoyé devant la cour d’assises du Calvados

image

image


avr 14 2014

Caen : Travaux d’assainissement des eaux pluviales sur l’avenue Mendès-France , du 22 au 30 avril

Tag: Faits diversGérard - votre Editeur @ 15:30

Du mardi 22 au mercredi 30 avril, la société Gagneraud réalisera des travaux sur l’avenue Pierre Mendès France, dans le cadre d’un branchement au réseau d’eaux pluviales. À cette occasion, la circulation des véhicules sur une portion de l’avenue sera temporairement alternée par feux tricolores*. L’accès des riverains sera maintenu.


avr 04 2014

Le conducteur pressé n’a plus de permis

Tag: Faits divers,SociétéGérard - votre Editeur @ 16:57

Le vendredi 04 avril 2014 à 15 heures 30, RD 675, sur la commune de Sannerville (14) en agglomération, les gendarmes du peloton motorisé de Pont l’Evêque ont relevé une infraction à l’encontre d’un automobiliste circulant à la vitesse enregistrée de 113 km/h au lieu des 50 km/h autorisés.

Celui-ci âgé de 22 ans, cuisinier, demeurant dans le département du Calvados (14), conduisait une voiture de marque Peugeot.

Il a fait l’objet d’une rétention immédiate de son permis de conduire.


avr 02 2014

Fuite de gaz route d’Harcourt

Tag: Faits divers,Vie caennaiseGérard - votre Editeur @ 16:26

La circulation est grandement perturbée depuis ce début d’après-midi dans le quartier de la Grâce de Dieu et plus précisément route d’Harcourt, en raison d’une importante fuite de gaz, située  près de l’ancienne station service  autrefois installée   en face de l’ancienne caserne de gendarmerie Le Flem.  Les travaux entrepris par GRDF pour  éliminer cette source de danger ont conduit la police caennaise à interdire toute circulation sur  l’avenue d’Harcourt à partir du haut du viaduc de la Cavée jusqu’au niveau du chateau d’eau de Fleury sur Orne. Cela créé des emboutiellages notamment sur le viaduc de la Cavée  et dans les rues qui entourent le point de la fuite.

image


mar 31 2014

Le motard pressé est reparti à pied

Tag: Faits divers,SociétéGérard - votre Editeur @ 19:26

­ Le lundi 31 mars 2014 à 16 heures 25, RN 158, sur la commune de Bons-Tassilly (14) sens Falaise  Caen, les gendarmes du peloton motorisé de Potigny ont relevé une infraction à l’encontre d’un motocycliste circulant à  la vitesse enregistrée de 205 km/h au lieu des 110 km/h autorisés. Celui­- ci  âgé de 44 ans, agent de maitrise, demeurant dans le département de l’Orne  (61), pilotait une motocyclette de marque Kawasaki ZX  750 R.  Il  a  fait  l’objet d’une rétention immédiate de son permis de conduire.


mar 28 2014

3 ans ferme pour un maniaque des explosifs

Tag: Actualités Judiciaires,Faits diversGérard - votre Editeur @ 18:05

Dans le cadre d’une enquête ouverte à Perpignan et qui s’est soldée  par le saisie de plus de 800 armes sur le sol français,  un caennais   a été  interpellé  en début de semaine chez ses parents dans le quartier du Chemin Vert, après que des gendarmes aient découvert à son domicile de la rue du Bourgogne, dans le même quartier des produits  pour certains hyper dangereux,   pouvant permettre la fabrication d’explosifs. et notamment du TATP. Jugé ce jour selon la procédure de comparution immédiate, M. Soufouan Mouhsine,  32 ans , a été condamné à trois ans de prison ferme et maintenu en détention. Ce passionné d’explosifs s’était déjà illustré il y a 13  ans en   faisant exploser le même  lors d’une manipulation et y avait perdu l’usage  d’une oreille, d’un oeil et de l’odorat.


« Page précédentePage suivante »